Jacques Roux

Jacques Roux, né le 21 août 1752, et décédé le 10 février 1794 dans la prison de Bicêtre (suicide), est une personnalité de la révolution française, pionnier du socialisme en France, surnommé “le curé rouge”.

Il est frappé d’interdit après avoir participé au pillage de châteaux. Il fut l’un des premiers prêtres (« curé rouge » selon M. Dommanget) à prêter serment à la Constitution civile du clergé.

Il dénonçait la bourgeoisie marchande plus terrible selon lui que l’aristocratie nobiliaire et sacerdotale .

Ce « prêtre socialiste » (Albert Mathiez) liait problème politique, crise sociale et question agraire et ce dès 1792. Il défendait l’idée que les principes de liberté défendues par la nouvelle législation servaient avant tout l’intérêt d’une classe au détriment de la société. L’expression la plus achevée de son programme fut sans doute celle contenu dans son Adresse à la Convention nationale (également connue sous le nom de Manifeste des Enragés) le 25 juin 1793 qui repose sur l’idée que

La liberté n’est qu’un vain fantôme, quand une classe d’hommes peut affamer l’autre impunément. L’égalité n’est qu’un fantôme, quand le riche, par le monopole, exerce le droit de vie et de mort de son semblable. La république n’est qu’un vain fantôme, quand la contre-révolution s’opère de jour en jour par le prix des denrées auquel les trois quarts des citoyens ne peuvent atteindre sans verser des larmes.