GABRIEL PERI

Gabriel Péri est un homme politique français (Toulon, 9 février 1902 — Paris, 15 décembre 1941). Journaliste de profession, il a été membre du Comité central du Parti communiste français, rédacteur du service politique étrangère de l’Humanité et député de Seine-et-Oise.

Résistant, il a été arrêté puis fusillé par les Allemands, au mont Valérien.

Son autobiographie, intitulée Les lendemains qui chantent, fut publiée après sa mort en 1947. Paul Éluard lui a notamment rendu hommage dans sa poésie Au rendez-vous allemand. Louis Aragon lui a dédié, avec trois autres résistants (Honoré d’Estienne d’Orves, Gilbert Dru et Guy Môquet, soit deux chrétiens et deux communistes), son poème “La rose et le réséda”, qui contient les célèbres vers : “Celui qui croyait au Ciel / Celui qui n’y croyait pas”.