La voiture électrique, une solution déjà rentable!

Pad_Auto.jpgAvec l’explosion de la population urbaine, le phénomène de pollution atmosphérique devient de plus en plus un souci de santé publique. Malgré cela, les grandes villes ne parviennent pas, pour la plupart à fermer leur centre aux véhicules motorisés. Les automobilistes représentent en effet, une communauté extrêmement structurée comme en témoigne l’existence de nombreux groupes de pressions (Association Française des Automobilistes, 40 millions d’automobilistes…). Pourtant de vraies solutions existent déjà…

EDF garantie une électricité au moindre coût

La hausse des prix de l’énergie et plus généralement la raréfaction des ressources, pousse à imaginer de nouvelles solutions de mobilité. Alors que la promesse du candidat François Hollande de bloquer les prix de l’essence fut l’une des premières à être enterrée, nos entreprises proposent déjà une alternative : la voiture électrique !

Dans ce domaine, l’électricien EDF a une vraie expertise à apporter. Tant pour la gestion des ressources électriques, que l’optimisation de son usage, il ne lui reste plus qu’à faire savoir son savoir-faire. Adepte des partenariats dynamiques, l’énergéticien s’est engagé depuis plus de 50 ans dans le développement d’une automobile électrique avec les plus grands constructeurs mondiaux.

Le service Pad’Auto de Nancy, une expérimentation à généraliser ?

D’après le directeur du développement territorial d’EDF Jérôme Comb, “la voiture électrique répond à une grande majorité de besoins dès lors qu’on reste dans un périmètre que permet l’autonomie du véhicule ». En effet, pour les Français, les déplacements en voiture dépassent rarement les 50 km. Cette solution présente donc un double avantage, elle permet de contourner la faiblesse technique des véhicules électriques tout en permettant une sérieuse diminution de la facture énergétique.

C’est pourquoi la solution de la voiture partagée par copropriété semble vraiment dans l’air du temps. Pour les tarifs, il faut compter 20 euros pour l’abonnement annuel et 2.5 euros pour une heure d’utilisation. Une expérience qui pourrait par ailleurs être prochainement étendue à d’autres villes de France. Ce projet à vocation sociale et environnementale reflète la volonté de Batigère et EDF de « démontrer que l’innovation peut répondre aux besoins essentiels de déplacements urbains et suburbains, ouvrant de nouvelles voies contre l’exclusion sociale au bénéfice de la ville de demain, la ville durable ».