Accident de Brétigny : la fiabilité des opérations de maintenance de la SNCF mis en cause

Bretigny-sur-Orge_photo_Poudou99.jpg

Selon le Bureau d’Enquêtes sur les Accidents de Transport Terrestre (BEA-TT), qui a rendu vendredi 10 janvier son premier rapport concernant l’accident du train Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge, le déraillement aurait été provoqué par la défaillance d’une éclisse (pièce métallique servant à raccorder deux rails).

Si le BEA-TT estime que le schéma de maintenance a été respecté, il émet cependant des doutes sur la fiabilité des tournées de surveillance, qui n’ont apparemment pas détecté la défaillance sur un des boulons. “Le nombre de défauts constatés sur la traversée considérée interpelle également sur la qualité du montage et de la maintenance des assemblages boulonnés”, ont déclaré les spécialistes en charge du rapport.

Le BEA-TT a tenu à préciser que ce rapport n’a pas pour objectif d’établir des responsabilités mais d’éviter d’autres catastrophes “en déterminant les circonstances et les causes de l’évènement analysé”. Une information judiciaire pour “homicides et blessures involontaires” a d’ailleurs été ouverte par le parquet d’Evry.

En guise de premières recommandations, le BEA-TT conseille à la SNCF de porter une grande attention sur la solidité de ses assemblages et de renforcer la maintenance et le schéma de surveillance de ses installations. La société nationale des chemins de fer a lancé un plan Vigirail d’un montant de 410 millions d’euros, à la suite de cet accident qui a coûté la vie à 7 personnes.