Trois policiers jugés pour avoir blessé un manifestant au flash-ball

Trois policiers vont donc être jugés pour violences à l’égard d’un manifestant. Celui-ci fut blessé au flash-ball en 2009 lors d’une manifestation à Montreuil et souffre désormais d’un infirmité permanente.

C’est lors d’une manifestation à Montreuil, le 8 juillet 2009, que Joachim Gatti, âgé à l’époque de 34 ans, a perdu un œil à la suite de l’utilisation par les policiers encadrant la manifestation, de flash-ball. Le jeune homme manifestait en soutien aux occupants d’une clinique désaffectée expulsés par les forces de l’ordre. La préfecture avait alors expliqué que ces policiers avaient riposté aux projectiles des manifestants en utilisant ce pistolet à balles en caoutchouc non perforantes. Plusieurs autres personnes avaient été blessées lors l’opération policière.

Mis en examen dès 2009, les trois policiers ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour “violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente”. Ils encourent dix ans de prison et 150.000 d’amende.

Si les avocats de la partie civile se félicitent que le débat sur l’utilisation du flash-ball par les policiers soit enfin entendu devant la justice, les syndicats de policiers estiment quant à eux que ces trois policiers ne sont que des “boucs émissaires”.

Crédits photo : Roger Joli