Haut-lieu du tourisme provençal, le lac de Sainte-Croix célèbre sa quarantième année

En présence de nombreux VIPs comme le PDG d’EDF Henri Proglio et la présidente de la Communauté de communes Asse-Bléone-Verdon Patricia Granet-Brunello, le lac de Sainte-Croix-du-Verdon a fêté son quarantième anniversaire la semaine dernière. Cette retenue d’eau artificielle est devenue en quelques temps un haut-lieu du tourisme provençal. 

En 40 ans d’existence, le lac de Sainte-Croix-du-Verdon est devenu une des grandes attractions du Verdon. Idéalement placé à la sortie des célèbres gorges du Verdon, à proximité de Sainte-Croix du Verdon, un charmant village provençal construit sur un promontoire rocheux, cette retenue d’eau artificielle créée par le barrage EDF de Sainte-Croix, attire chaque année de nombreux touristes dans la région.

En effet, entre la Méditerranée et les Alpes, le lac de Sainte-Croix est le lieu de toutes les activités nautiques: baignade, bateau (uniquement électrique), kayaks, canoës, aviron, voile, etc. Cette retenue est la quatrième de France métropolitaine par sa superficie après le lac du Der-Chantecoq, le lac de Serre-Ponçon et le lac d’Orient.

C’est donc une véritable fierté locale qui fêtait en grande pompe son quarantième anniversaire la semaine dernière. De nombreuses personnalités ont répondu présent comme le PDG d’EDF Henri Proglio, la présidente de la Communauté de communes Asse-Bléone-Verdon Patricia Granet-Brunello, mais aussi le président du MEDEF local Jean-Luc Monteil.

Il faut dire que cette construction publique contribue très fortement non seulement aux bons chiffres de l’emploi local mais également à l’approvisionnement en électricité bon marché des entreprises proches. Le barrage EDF de Sainte-Croix construit à l’entrée des gorges retient 760 millions de mètres cubes d’eau et produit plus de 150 millions de kWh par an. “L’ouvrage est monumental et exemplaire et il contribue à l’activité touristique et économique de la région” a d’ailleurs souligné Henri Proglio, le patron de l’entreprise publique.

Crédits photo : Svein-Magne Tunli