Manifestations des agriculteurs dans toute la France

Plus de 35 000 agriculteurs ont manifesté leur colère mercredi 5 novembre sur l’ensemble du territoire. Suivant l’appel de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitations Agricoles (FNSEA) et du syndicat des Jeunes Agriculteurs (JA), ils dénoncent « le poids des contraintes environnementales et administratives » .

Les rassemblements ont pris une ampleur nationale avec des actions à Paris, Toulouse, Marseille, Strasbourg, Le Mans, Nancy, Épinal, Besançon mais aussi en Bretagne et à Lille où un agriculteur a reçu un coup de taser de la part d’un Policier. Les manifestants ont organisé des opérations “escargot”, déversé du fumier dans les villes, et ralenti le passage aux péages de plusieurs autoroutes.

Parmi leurs revendications, les agriculteurs veulent être soutenus par les collectivités locales, qui devraient élaborer dans les cantines publiques des plats à partir de produits issus de l’agriculture française et ainsi mettre en place un “patriotisme alimentaire”.

Cependant, la plus importante des contraintes contestées par le FNSEA est relative à la réglementation sur la pollution par les nitrates. Suite à la révision du classement des zones jugées vulnérables aux nitrates, 3 800 communes ont été rajoutées à la liste par la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, portant l’ensemble des communes protégées à 23 000. D’autres tensions persistent entre les écologistes et les agriculteurs, notamment sur le barrage de Sivens jugé par le milieu rural comme indispensable.

La Confédération Paysanne soutient le mouvement, accusant le système d’être tourné exclusivement sur “la compétition et la rentabilité” mais souligne le fait qu’il ne faut pas revendiquer “le droit de polluer en paix”.

Crédits Photo : Croquant