Bilan mitigé pour la Conférence nationale du handicap

François Hollande a annoncé la mise en place de différentes mesures lors de son discours de clôture de la troisième édition de la Conférence nationale du handicap ce jeudi 11 décembre. Dès à présent, ce rendez-vous aura lieu tous les ans et non plus tous les 3 ans. Malgré cette annonce, les associations ne semblent pas convaincus par le bilan de la réunion.

Pour le chef de l’Etat, “la politique du handicap est plus qu’une politique (…), c’est une ambition pour une société qui se grandit à mesure qu’elle se révèle accueillante, innovante et bienveillante.” C’est pourquoi il a expliqué par la suite que “cette ambition-là, je veux qu’elle soit portée par la conférence chaque année et pas simplement tous les trois ans”, pour pouvoir faire le bilan des actions menées et établir la liste des nouvelles mesures de manière plus efficace.

Cependant, les partenaires sociaux, les associations, les établissements d’accueil et autres services départementaux présents à cette conférence s’avouent plutôt déçus de cette édition 2015 comme par exemple la Fnath, association des accidentés de la vie : “au final, il n’en ressort que peu de mesures concrètes pour les personnes handicapées, qui attendent depuis des décennies que leur quotidien évolue”, a-t-elle déploré, parlant d'”une impression de déjà-vu”. Par ailleurs, la veille de la conférence, plusieurs associations avaient saisi le Conseil de l’Etat à cause des nouveaux délais “inacceptables” récemment rallongé de 3 à 9 ans pour rendre accessible les lieux publics et les transports aux personnes handicapées.

Parmi les mesures annoncées, François Hollande a abordé l’accessibilité aux compétitions de l’Euro 2015 et 2016 de basket et de football pour les personnes à mobilité réduite, ainsi que l’accessibilité numérique, notamment pour que chaque citoyen puisse se renseigner et accéder au même contenu de “propagande électorale” pour les élections de 2017. Mais la mesure la plus importante reste relative à l’éducation. Le Président a déclaré que plus de 4.000 places seraient créées chaque année dans les établissements spécialisés et qu’au moins “une unité supplémentaire d’enseignement en milieu ordinaire sera ouverte dans chaque département”, leur nombre étant “ainsi porté de 200 à 300”. Enfin, des efforts seront fait par les Universités pour accueillir les étudiants en situation de handicap, “d’ici trois ans, la totalité des universités devra avoir adopté un schéma directeur handicap”, alors qu’elles ne sont que 10% à l’heure actuelle.

Crédits photo : Remi Jouan