Une manifestation bientôt organisée contre le chômage

En dépit de l’interdiction de toute manifestation publique de par l’état d’urgence, 4 associations de chômeurs appellent à manifester. Le tout sur fond de publication des très mauvais chiffres de l’emploi en octobre.

Avec une hausse de plus de 40 000 demandeurs d’emplois en Octobre, les chiffres du chômage sont repartis sur une très mauvaises bases. Le jour de la publication de ces chiffres, Daniel Paris-Clavel, président de l’association Apeis (Association pour l’emploi, l’information et la solidarité des chômeurs et des travailleurs précaires) a déclaré : “La sécurité, ce n’est pas seulement un flic à chaque porte, c’est aussi de savoir que son môme va pouvoir bouffer, qu’on va pouvoir se soigner, de ne pas avoir peur de voir un huissier débarquer”. Un message repris par ailleurs par trois autres associations : AC! , CGT Chômeurs et MNCP qui appellent toute à l’unisson à une grande manifestation le 5 décembre prochain.

Des revendications légitimes

Au titre des messages que veulent faire passer les associations se trouvent la revalorisation des indemnités, le libre-choix de son emploi, le transport gratuit pour les chômeurs ou encore l’accès à la formation professionnelle. Des revendications plus que légitimes dans un contexte économique dur pour les travailleurs qui jouent le rôle de soupape dans un marché capitaliste qui ne jure que par le profit et les dividendes versées aux seuls actionnaires. Pour Alain Florain de l’association CGT-Chômeurs “le chômage devient la variable d’ajustement du système capitaliste”, et pour Daniel Paris-Clavel il est “organisé pour faire peur aux salariés”.

Reste à savoir à présent si les pouvoirs publics autoriseront cette manifestation qui est particulièrement à propos alors que les fêtes de fin d’année approchent et qu’elles ne seront pas synonymes de grand bonheur pour un nombre bien trop important de personnes sans emploi.