L’Etat n’indemnisera pas les propriétaires exclus du Signal

Exclus par une décision préfectorale de leur logement de l’immeuble Signal en Gironde, les propriétaires ayant réclamé à bénéficier du fonds d’indemnisation “Barnier” ont été déboutés par la justice.

Construit il y a 50 ans à 200m du bord de mer, l’immeuble Signal à Soulac-sur-Mer a été victime des coups de boutoir de l’Océan au cours des dernières grandes tempêtes. Celle de 2014 a marqué un net tournant puisque l’immeuble risquait de s’effondrer. Le préfet de Gironde a alors décidé de faire vider l’immeuble, proposant une bien maigre consolation aux propriétaires de facto expropriés par l’Etat. Une “offre” d’expropriation qui ne couvrait pas la valeur des appartements de chacun, rendant de facto impossible toute possibilité de se reloger correctement.

Une démarche vaine

Le syndicat des copropriétaires de l’immeuble a ainsi entamé une procédure auprès de la Cour Administrative de Bordeaux afin de pouvoir bénéficier de fonds d’indemnisation spécifique dit “Barnier” selon lequel Les propriétaires d’un logement victime d’une catastrophe naturelle peuvent être entièrement indemnisés de la valeur actuelle de leur bien. Mais la Justice a dit “non”. Selon Jean-José Guichet, le président du syndicats des copropriétaires de l’immeuble : “C’est de l’acharnement”. «Mais on ne baissera pas les bras, on va continuer à se battre», continue-t-il, indiquant même que «ce n’est pas une question de faire du fric» . «Les gens ne veulent pas une aumône mais être indemnisés convenablement, pas plus»