La ministre du Logement dévoile son plan

En plein tourbillon médiatique causé par son mari, Emmanuel Cosse la ministre du Logement reprend la main en dévoilant son nouveau plan en faveur du logement.

A moins d’une année du terme de son mandat de ministre, Emmanuel Cosse n’entend pas pour autant renoncer à marquer de son emprunte le quinquennat en impulsant ce qu’elle estime être une politique ambitieuse. Trois grands volets sont ainsi au programme pour permettre de développer une offre nationale satisfaisante : optimiser le parc de logements vacants, pousser le curseur sur la rénovation énergétique et favoriser l’émergence des éco-quartiers.

Un plan tripartite

Nombreux ont étés les ministres qui ont tenté par différents moyens d’améliorer la situation du logement en France et Emmanuel Cosse n’échappe pas à la règle, surtout avec sa volonté de mobiliser des logements vacants. Pour la ministre, il s’agit d un moyen rapide et efficace d’apporter des solutions aux ménages éprouvant des difficultés à trouver un logement”. L’objectif ? 50 000 logements en trois années alors que le parc total est de 2,88 millions de tels logements. Sauf que la majeur partie des ces logements se trouvent dans des zones géographiques désertées dans lesquelles personne ne souhaitera s’installer.

Autre point du plan logement : la rénovation énergétique. Une politique décidée pour suivre les engagements pris lors de la Cop21. Sur ce point, la stratégie de moyens est quelque peu faiblarde car Cosse propose de créer des associations de particuliers, un énième service public d’informations et de conseils, une plateforme de mise en relation entre particuliers et pros de la rénovation. Rien de bien concret donc.

Enfin, tâchant de se rappeler qu’elle fut autrefois une écologiste, la ministre entend également développer les éco-quartiers. A ce titre, elle rappelle que plus de “150 collectivités sont aujourd’hui membres du club Eco-quartiers”. Mais sur ce point là encore, les propositions sont maigrichonnes. On sait juste qu’Emmanuel Cosse entend développer le processus initié il y a dix ans sous une autre ère présidentielle et qu’elle a commandé un rapport sur l’évaluation des éco-quartiers existants.