Marisol Touraine veut plus de numérique dans la santé

La ministre de la santé a dévoilé son plan en faveur du développement de la “médecine digitale”. Deux grands axes se dégagent pour les années à venir.

«Le numérique est comparable au bouleversement apporté par l’électricité à la fin du XIXe siècle. Il s’est inscrit dans chacun de nos gestes du quotidien, et constitue un terreau nouveau, incroyablement fertile et prometteur, qui permet l’éclosion chaque jour de nouvelles inventions ». C’est par ces mots que la ministre a entamé son discours, preuve que le numérique constitue pour elle le véritable enjeu du secteur. Pour Marisol Touraine, le plan qui vient d’être échafaudé est par ailleurs lancé pour une durée de quatre années puisqu’il doit être totalement opérationnel à l’horizon 2020. Deux grandes priorités émergent de ce plan e-santé 2020.

A l’instar de ce qui se pratique sur des secteurs totalement différents, le Big Data est appelé à bénéficier d’une place de plus en plus importante dans le secteur de la médecine et de la santé. Une exploitation des données des patients qui permettra selon la ministre de «mieux comprendre les maladies, mieux accompagner les patients et mieux anticiper les crises sanitaires ». Elle rajoute même que grâce à cet effort mené sur les données médicales il sera alors possible de permettre «la mise au point de nouvelles applications de suivi à distance ou d’interprétation des données médicales pour assister les médecins dans leurs diagnostics ».

Fluidifier les démarches pour les patients

La ministre entend également simplifier le parcours administratif des patients pour les prises de rendez-vous, les formalités d’admission ou encore le paiement des notes et des factures. Pour y parvenir, là encore le numérique sera au cœur du processus, fluidifiant le processus pour les professionnels et leur patientèle. Il faudra cependant attendre l’automne 2016 pour que le début de ce plan se mette en place. La ministre mettra en effet en place à cette période un conseil stratégique chargé de piloter son plan e-santé 2020. Un conseil qui réunira par ailleurs professionnels de la santé, industriels, institutions publiques et usagers.