L’OCDE planche sur une baisse lente du chômage en France

Le niveau du chômage en France va selon l’OCDE connaître une lente décrue au cours des deux prochaines années.

Avec 9,7% de chômeurs en France métropolitaine 10% en incluant l’outre-mer, la situation de l’emploi dans le pays est loin d’être glorieuse. L’OCDE a toutefois tablé sur une petite baisse au cours des deux années suivantes : l’organisme international prévoit ainsi que le taux de chômage termine 2016 à 9,6% en France métropolitaine puis passe à 9,4% en 2017 pour s’établir aux alentours de 9,3% en 2018. Pas de quoi fanfaronner donc, car la France restera toujours très proche des 10% avec l’outre-mer, ce que semblent allègrement oublier les pouvoirs publics et l’OCDE dans leurs prévisions. Les Martiniquais, Guadeloupéens, Réunionnais, Guyanais et consorts apprécieront par ailleurs. Loin des yeux, loin des préoccupations.

Baisses de charges et révisions de l’assurance-chômage

L’OCDE impute cette petite baisse du chômage à une “modeste reprise de la croissance, combinée à une poursuite des baisses de taxes et de nouvelles primes à l’embauche”. Mais pour l’organisme, cela ne suffira pas. La France devra ainsi s’engager à mettre en place de “nouvelles baisses” afin de “stimuler l’économie et réduire le chômage plus rapidement” car le pays garde sur ses épaules une “lourde charge fiscale qui nuit à l’emploi et l’investissement”.

En parallèle de ces préconisations libérales, l’OCDE enfonce le clou en conseillant “d’aligner le régime d’assurance chômage des seniors sur celui des jeunes travailleurs” : soit indemniser moins longtemps les plus de 50 ans car cela “dégagerait de la marge pour mieux soutenir les enfants et les jeunes adultes, qui sont trop souvent touchés par un chômage élevé et la pauvreté”.

Toujours plus de politique libérale donc, voilà ce que préconise l’OCDE dans ce rapport. Baisse des charges, baisse de l’impôt, diminution des indemnités de chômage…. un programme bien à droite qui plaira notamment à François Fillon en apportant de l’eau à son moulin.