GM & S sauvé de justesse (ou presque)

GM&S, Renault, PSA

L’équipementier automobile français GM & S remporte une première victoire dans sa lutte pour le maintien de l’activité sur le site situé à La Souterraine dans la Creuse. Renault et PSA se sont engagés à augmenter les commandes.

En grève depuis plusieurs semaines à présent, l’équipementier automobile GM & S vient de remporter une manche dans sa lutte pour maintenir à flots l’activité et les emplois. Car Renault et PSA se sont tout récemment engagés à augmenter significativement le niveau de leurs commandes pour le prochain exercice. Le nouveau ministre de l’économie, Bruno Le Maire, aura du pour cela s’employer à convaincre les deux dirigeants des constructeurs automobiles, Carlos Ghosn et Carlos Tavares, de doubler leurs achats à GM & S.

Renault va ainsi porter le montant total de ses commandes de 5 à 10 millions d’euros et PSA de 10 à 12 millions d’euros. Les 22 millions de CA qu’empochera ainsi GM & S lui permettront dans le court de sauver les 280 emplois présents sur le site. Vincent Labrousse, le délégué de la CGT de l’usine, estime toutefois qu’il s’agit d’un “sursis”, car pour lui “le compte n’y est pas et les menaces sur l’avenir de l’entreprise ne sont pas levées“.

40 millions d’euros pour sauver les emplois

Cette enveloppe de près de 25 millions d’euros va donc apporter une bonne bouffée d’air aux employés de l’usine. Mais les syndicats expliquent depuis plusieurs semaines à présent qu’il faudrait au minimum 40 millions d’euros par an pour assurer la pérennité de l’activité.

De facto, un rachat de l’entreprise serait une solution de sortie de crise quasi définitive. D’ailleurs, les sociétés Magneto et GMD seraient en lice pour faire l’acquisition de l’équipementier. Mais la société reste toutefois en redressement judiciaire, et ce depuis le mois de septembre déjà. L’engagement commercial de Renault et de PSA est ainsi une première étape bénéfique pour sauver l’activité, mais la bataille n’est pas encore gagnée.