Le gouvernement tempère quelque peu sur la baisse des APL dans le social

baisse APL, immobilier

Alors qu’elle n’est pas du tout acceptée par la société, la baisse des APL fait l’objet d’une légère modification. Elle concerne la parc immobilier social.

C’est Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires qui est monté au créneau pour tenter de calmer la grogne au sujet de la baisse de 5€ des APL annoncée quelques semaines plus tôt. Très critiquée, cette baisse est même raillée depuis qu’Emmanuel Macron a annoncé qu’il revenait aux propriétaires d’absorber cette diminution en faisant baisser à leur tour le montant des loyers qu’ils perçoivent. Une double pilule qui a bien du mal à passer dans la société. Jacques Mézard s’est ainsi fendu d’une interview dans le Figaro dans laquelle il tente de calmer les mécontentements en expliquant que la poursuite de la baisse des APL “n’est envisagée que si nous parvenons à faire baisser les loyers dans le parc social”. De là à savoir si la baisse ne sera pas appliquée aux logements sociaux si le montant de leurs loyers ne diminuent pas ou si la baisse ne sera tout simplement pas appliquée, rien de bien clair encore.

Des modalités d’attributions à revoir

En parallèle, le ministre tente d’apporter un peu d’apaisement dans ce débat en expliquant que  « les modalités d’attribution méritent d’être revues »  en faisant en sorte que le calcul du montant de l’APL soit basé sur le “revenu instantané” du demandeur au lieu des revenus perçus deux années plus tôt comme cela est le cas encore actuellement.

Avec cette réforme qui ne dit pas vraiment son nom, le gouvernement espère récupérer quelques 100 millions d’euros par mois.