Hulot dévoile quelques mesures phares de son Plan Climat

Plan Climat, Transition énergétique, Nicolas Hulot

Le ministre de la Transition Energétique lève le voile sur quelques nouvelles mesures de son Plan Climat. Quatre mesures qui ciblent les ménages aux revenus modestes.

Après avoir annoncé la fin du diesel d’ici 2050 et la fermeture en parallèle de plus d’une quinzaine de réacteurs nucléaires, Nicolas Hulot poursuit dans l’élaboration de son Plan Climat. Il révèle quatre nouvelles mesures dans une interview donnée au Figaro : “Il y a quatre mesures importantes, qui s’inscrivent dans la dimension solidaire de mon ministère et constituent ce que j’appelle le ‘paquet solidarité climatique'”

La Prime à la Casse sera remise au goût du jour, via une revalorisation. Le but est d’inciter les propriétaires de “vieux véhicules polluant” à passer à “une voiture thermique à faible émission de CO2”. Et pour cela, la prime sera doublée, passant de 500€ à 1 000€.  Aussi, cette prime bonifiée s’appliquera tant à l’achat d’un véhicule neuf qu’à celui d’un véhicule d’occasion bénéficiant de la nouvelle vignette Crit’Air, sobre en émission de particules fines.  Et pour les particuliers désirant rouler en électrique, le coup de pouce de l’Etat consistera en une prime de conversion de 2 500€.

Les autres mesures du Plan Climat

D’autres nouveautés ont été annoncées parmi lesquelles le “chèque énergie” qui après une phase d’expérimentation sera étendu et concernera 4 millions de ménages. Le but : les aider financièrement à payer leurs factures d’énergie même si le lien avec le Transition énergétique est des plus flous.

Aussi, les travaux de rénovations énergétiques des logements des particuliers continueront de bénéficier d’un coup de pouce de l’Etat : “le crédit d’impôt pour la transition énergétique sera transformé en prime, versée dès que les travaux seront achevés”. Et le ménages aux revenus les plus modestes ne devraient plus avoir besoin d’avancer les sommes pour les travaux.

Enfin, un dernier coup de pouce sera donné aux “ménages aux moyens les plus modestes qui veulent changer une chaudière au fioul très polluante, à condition de passer aux énergies renouvelables, comme le bois ou les pompes à chaleur. Cela pourra représenter jusqu’à 3.000 euros”