Le glyphosate va-t-il être encore autorisé pour 10 ans par l’Europe ?

Glyphosate, Commission européenne, RoundUp, herbicide cancérigène, Monsanto

Vivement critiqué tant par l’OMS que par de nombreuses ONG, le glyphosate voit sa licence d’exploitation expirer le 15 décembre. Les députés européens doivent décider de prolonger ou non son autorisation pour une période de 10 années. 

Sur le glyphosate, l’OMS est assez claire quoique prudente est le qualifie de produit potentiellement cancérigène pour l’homme. Une prudence relative qui n’est pas sans faire penser que les lobbys ont bien fait leur travail dans l’ombre. Car pour beaucoup d’agriculteurs et de viticulteurs – la France est championne d’Europe de l’utilisation de cet herbicide dans ses vignes – la donne est toute autre. Le glyphosate est un puissant perturbateur endocrinien responsable de troubles graves sur la santé et engendrant des cancers pour les personnes ayant été directement à son contact.

Publiquement connu sous le nom de marque de RoundUp, le glyphosate est commercialisé exclusivement par Monsanto durant 25 ans. Le brevet étant tombé depuis dans le domaine public, on retrouve son principe actif dans près de 750 produits, mis sur le marché par près de 100 marques à travers 130 pays.  A tel point qu’il est l’herbicide le plus vendus et le plus utilisés à travers le monde.

Ce qui est inquiétant est le fait que l’on retrouve des quantités non négligeables de glyphosate dans tous les produits agricoles ou issus de l’agriculture. En clair, tout ce qui a été traité par des techniques d’agriculture “conventionnelle” et donc non bio contient du glyphosate. Céréales, thé, café, légumineuses, pâtes alimentaires, pommes de terre, maïs, tournesol, betterave, colza…et même dans 60% des cours d’eau de France.

L’Europe va-t-elle interdire le glyphosate ? 

L’Europe doit se prononcer le 25 octobre sur le cas du glyphosate. La licence d’exploitation de l’herbicide expire le 15 décembre. Mais la Commission européenne a déjà proposé de la prolonger pour 10 ans. Les études de l’OMS de même que celles des ONG n’ont pas suffit à faire plier la force de frappe de Bayer, Monsanto et compagnie. La Commission ne semble pas penser que le glyphosate est bel et bien responsable de nombreux décès. Dont acte.

Dans les faits, la Commission a besoin d’une majorité qualifiée soit 55% des 28 Etats, représentant 65% de la population totale européenne. Si les lobbys continuent de bien faire leur travail, nous reprendrons donc 10 ans de glyphosate dans les dents. Pour y échapper, une seule solution : manger bio.