APL : le gouvernement va les rogner un peu plus encore

APL, baisse

Après avoir décidé de diminuer  le montant des APL de 5€, le gouvernement vient a fait passer en douce une mesure dans la loi de finances visant à ne pas les revaloriser. La Fondation Abbé-Pierre a tiré la sonnette d’alarme.

C’est un tout petit paragraphe qui a failli passé inaperçu dans la loi de finance votée fin 2017 mais qui a alerté la Fondation Abbé-Pierre. Le gouvernement a décidé de ne pas revaloriser le montant des APL, mesure qui bénéficie à plus de 6 millions de français. Cette revalorisation se base sur le même principe que celle du SMIC, à savoir s’aligner sur le niveau de l’inflation. Tandis que le coût de la vie augmente, le niveau des APL suivait en conséquence jusqu’à présent. Mais le gouvernement a estimé que cela n’était plus nécessaire.

Ce gel a provoqué de vives réactions que le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard a tenté de calmer par un savant usage de la langue de bois : “il ne s’agit pas d’une baisse mais d’une non-augmentation”.

Les conséquences pour les allocataires sont pourtant bien tangibles, ils devront d’un côté supporter une première baisse en plus de ce nouveau coup de rabot. Les APL ne sont pas les seules aides au logement concernées par cette mesure, l’allocation de logement familiale (ALF) ainsi que l’allocation de logement social (ALS) également.

La fondation Abbé-Pierre alerte sur le fait que ces deux baisses consécutives entraînent un désengagement de l’Etat dans l’action sociale à hauteur de 2,5 milliards d’euros sur dix ans. Pour cette année 2018 seulement, l’économie est de 300 millions d’euros, pour une coupe budgétaire totale de 3 milliards d’euros sur les 17 milliards au total.