Les pistes du plan anti-pauvreté de Macron

plan anti-pauvreté, France, Emmanuel Macron

Après avoir cajolé les plus fortunés, le gouvernement tente à présent de faire un geste en faveur des plus démunis. Le plan anti-pauvreté sera bientôt dévoilé. Plusieurs pistes ont dores et déjà fuité. Les voici.

Comment Emmanuel Macron compte-t-il s’y prendre pour résoudre la pauvreté dans le pays ? A cette question, le gouvernement a décidé de lancer un de ces fameux plans. Après avoir refusé de lancer un plan banlieue, un plan anti-pauvreté devrait tout de même voir le jour même si l’exécutif préfère parler de “stratégie pour lutter contre la pauvreté”. Nuance

Dès cet automne, une dizaine de territoires portés volontaires serviront de test grandeur nature parmi lesquels le Nord-Pas-de-Calais ou encore la métropole lyonnaise.

Alors, à quoi va ressembler ce plan ?

Le premier axe développé est celui de rendre obligatoire une formation pour les jeunes jusqu’à 18 ans tandis qu’actuellement il est possible de sortir du système scolaire à partir de 16 ans. Une façon pour les jeunes de ne pas décrocher totalement et de se donner les chances de trouver rapidement un emploi. Philippe Martinez de la CGT y voyant là une mesure plutôt efficace. Plusieurs dispositifs mis en place sous Hollande seraient alors amplifiés.

La simplification des aides sociales est un autre axe. Les APL, allocations familiales et autres pourraient prochainement être versées en une fois car 30% des personnes pouvant en bénéficier ne les réclament pas, faute d’une paperasserie trop lourde et d’un manque d’informations. Ce versement social unique pourrait entrer en vigueur d’ici deux années. Dans la même veine, les minimas sociaux pourraient être fusionnés et donner naissance à l’Allocation de solidarité spécifique.

Autre mesure envisagée : développer le nombre des places en crèche. Une mesure qui serait de nature à permettre à des mères de famille de retrouver le chemin de l’emploi en se dégageant du temps. Les communes qui feront l’effort d’augmenter le nombre de places en crèches bénéficieront d’un bonus financier comme l’a annoncé Agnès Buzyn. Aussi, des aides financières pour les familles monoparentales seront crées.