La région Île-de-France va utiliser une partie du budget handicap pour financer une étude sur les autoroutes

Île-de-France, handicap

C’est une décision qui a choqué les associations franciliennes et nationales représentant les personnes en situation de handicap : la région Île-de-France vient de voter en conseil régional l’utilisation d’une partie du budget handicap pour le financement d’une étude sur l’avenir des autoroutes.

Pour Mounir Satouri, élu de la région IDF et président du groupe Alternative écologiste et social, il s’agit tout simplement d’un “scandale”. Car 730 000 euros d’ordinaire alloués au transport des personnes en situation de handicap vont être utilisés pour financer une consultation internationale sur l’avenir des autoroutes, lancée lors du Forum métropolitain du Grand Paris.

L’élu explique ainsi “C’est un signal négatif envoyé aux personnes en situation de handicap dans notre région. L’isolement et le manque de mobilité des personnes handicapés est un sujet trop sérieux pour qu’on réduise les budgets”. Pierre Deniziot, élu de la majorité du conseil régional en charge du handicap tente d’expliquer comme il peut cette décision en avançant que le conseil régional avait “budgété 14 millions d’euros alors que les dépenses prévues cette année seront de 12 millions d’euros. Il n’y a donc pas de réduction de service, c’est de l’argent qui ne va pas être utilisé”.

Claude Boulanger, du comité Entente – un organisme qui réunit les associations franciliennes de personnes en situation de handicap – s’interroge : “pourquoi ne dépense-t-on pas plus dans la limite des fonds ?”. Et d’ajouter : “Lorsque nous l’avons appris en commission permanente, début juillet, alors que beaucoup de gens sont déjà partis en vacances, nous avons été tout simplement stupéfaits. On est habitué à ce que l’été soit propice à de mauvaises nouvelles, des augmentations de prix ou des votes de lois controversées, mais on ne s’attendait pas à retrouver ces pratiques à l’échelon régional, surtout au moment où la région annonce un vaste plan de mesures pour promouvoir une région solidaire”.