Les salariés de General Electric bloquent le plan social en cours

General Electric, Belfort, plan social

Alors qu’un plan social est en cours de préparation chez General Electric à Belfort, des centaines de salariés sont venus empêcher une réunion de préparation pour manifester leur mécontentement.

Selon Alexis Sesmat le délégué Sud de chez General Electric, “ce plan n’est pas légitime”. Le siège de General Electric à Belfort a connu une forte perturbation car plusieurs centaines de salariés s’y étaient donnés rendez-vous pour manifester leur opposition au plan social en cours de préparation. Une préparation qui n’a pas pu avoir lieu puisque les employés du groupe se sont rassemblés devant l’établissement pour empêcher la tenue de la réunion prévue à cet effet.

Un plan jugé illégitime par des salariés qui ne veulent pas se retrouver sur le carreau alors que le groupe a tous les moyens techniques de poursuivre son développement. Pourtant, pour des sempiternelles raisons de recherche de rentabilité, de distribution de dividendes aux actionnaires et aux investisseurs, General Electric compte licencier plus de 1 000 postes sur le Territoire de Belfort.

Le délégué syndical de l’entreprise explique “Notre revendication c’est de dire que l’aéronautique a des besoins de production. Nous avons des capacités de production, nous avons des savoir-faire qui peuvent répondre aux enjeux de l’aéronautique. On attend des signes tangibles d’accompagnement de ces alternatives. Or, aujourd’hui, si la réunion se tenait, le processus d’information de consultation qui est de quatre mois aurait abouti à l’exécution du plan, ce qui n’est pas compatible avec la recherche d’alternatives qui elle, va prendre 12, 18, voire 24 mois”.