L’exécutif vise 2 milliards d’euros d’économie sur l’Assurance-Maladie

L’exécutif cherche encore à raboter le budget de l’Assurance-Maladie de quelques 2 milliards d’euros. Voici comment il compte s’y prendre.

Les “premiers de cordées” si chers à Emmanuel Macron n’ont pas d’inquiétude à se faire, ils pourront toujours bénéficier de la santé à deux vitesses. Pour tous les autres en revanche, se soigner coûtera toujours plus cher et sera toujours plus complexe. L raison ? Le gouvernement fait la chasse aux économies, pour faire plaisir à la BCE, pour faire plaisir à Bruxelles, pour rester dans les clous en termes de budget et ne pas de faire taper sur les doigts par Angela.

Le premier volet porte sur le lancement d’une campagne nationale pour limiter la surconsommation d’antibiotiques tout en accélérant une nouvelle fois sur la prescription de médicaments génériques. Les pharmaciens reçoivent une prime de près de 10 000 euros par an s’ils ont suffisamment écouler leur stocks en la matière.

Aussi, l’Assurance maladie entend réduire la prescription de pansements, passant de 30 jours actuellement à 7 jours en sortie d’hospitalisation. Ceux qui en auront encore besoin passé ce délai en seront de leurs poches.

Et comme si cela ne suffisait pas, la chirurgie ambulatoire sera encore une fois développée, toujours un peu plus. tandis que la prise en charge des transports médicaux sera réduite.