Pécresse tire la couverture (des livres scolaires) à elle

Profiter de la réforme du bac pour promouvoir sa campagne électorale  : impensable selon vous  ? Eh bien non, c’est exactement ce que vient de faire Valérie Pécresse dans les nouveaux manuels scolaires financés par la région Île-de-France. Et si seulement elle s’était arrêtée aux livres … 

Lettre dans les livres

« J’ai décidé d’assurer la gratuité des manuels pour tous les élèves », écrit la présidente de la région Ile-de-France au début de sa lettre imprimée sur la page de garde des 1 222 086 nouveaux manuels des classes de seconde et de première ( pour des jeunes dont une bonne partie sera en âge de voter lors des les élections régionales de 2021 donc). Et comble de la suffisance, cet encart promotionnel, qui masque d’ailleurs le nom des auteurs des manuels, est illustré d’une photo de Valérie Pécresse. 

« Il n’y a eu aucun débat sur cette question. Même les élus de la  majorité (LR) ne semblaient pas avoir été mis au courant ! » fulmine Céline Malaisé, conseillère régionale PCF, qui rappelle que « la gratuité des manuels existait avant son arrivée au conseil régional ». L’élue communiste, qui considère cela comme un acte de «  pure propagande  », n’a pas hésité à alerter le préfet pour faire retirer cette page, demandant que les 240 000  euros estimés pour cette révision soient imputés aux comptes de campagne de Pécresse. 

Vidéos sur les tablettes

Mais cette somme estimée par madame Malaisée pourrait être revue à la hausse étant donné que les supports numériques reçus par les lycées n’échappent pas non plus à l’auto-éloge de la présidente.  

« Sur les tablettes, une vidéo dans laquelle Valérie Pécresse s’exprime durant environ deux minutes apparaît automatiquement à l’ouverture de l’application pédagogique », explique Sophie Venetitay, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU et professeure de SES au lycée Rosa-Parks de Montgeron, qui rappelle qu’à côté de cela de nombreux manuels manquent encore, les livraisons se faisant en priorité dans les lycées visités par madame Pécresse. « C’est comme un miracle qui n’aurait lieu qu’en sa présence », enrage l’enseignante, «  alors que certains manuels n’arriveront pas avant novembre !  ».