Coup de gueuleEconomiePolitique

Depuis le mois d’octobre de l’année dernière, de fortes mobilisations prennent place en Allemagne pour dénoncer une islamisation de la société qu’un nombre assez important de citoyens ne peuvent tolérer.

Ce lundi, 18 000 manifestants se sont réunis à Dresde en Allemagne, un chiffre record depuis le début des manifestations. Pegida ou encore Patriotes Européens contre l’islamisation de l’occident, c’est le nom que ce groupuscule s’est donné pour mener les manifestations lancées en octobre. Même avec ce chiffre, ces manifestations ne séduisent cependant pas assez de gens pour avoir l’effet escompté par les dirigeants.

En effet, même si beaucoup pense que les inquiétudes du groupe sont fondées quelque part, l’Allemagne a besoin des immigrations pour l’économie de son pays. De plus, la prise de position des personnages politiques comme la Chancelière Angela Merkel ou encore le ministre de la Justice allemande vient souligner que ces manifestations sont une honte pour l’Allemagne.

Les manifestations n’ont cependant pas cessé en dépit de l’appel de la Chancelière à rester de marbre devant ces incitations à la haine. Mais ce n’est pas tout, car les contre-manifestants ont également décidé de faire des rassemblements à Dresde ou à Berlin ! Ce qui est sur, c’est que ce type de mouvement représente une gêne importante pour le gouvernement allemand. Reste à savoir si une solution, des dialogues ou autres moyens de résoudre ces problèmes pourront être trouvés.

Coup de gueule

L’Allemagne est devenue aujourd’hui l’une des destinations les plus choisies par les immigrés pour trouver refuge et essayer de se refaire une nouvelle vie. Le pays s’inquiète ainsi devant les protestations des anti-immigrés qui commencent à sortir de leur silence face à l’envahissement de leur territoire par des étrangers.

Cela fera quelques semaines que les manifestations anti-immigré se font de plus en plus nombreuses en Allemagne. Cela inquiète d’autant plus les autorités, car elles se passent dans différentes villes du pays, de plus en plus de monde vient se rallier à la cause.

La principale revendication des manifestants reste le renforcement du droit à l’asile pour permettre des entrées plus contrôlées, surtout au niveau du nombre de personnes accueilli.  Actuellement, comme la guerre en Syrie fait rage, en Irak, en Afghanistan ou encore en Somalie, nombreux sont les victimes en recherche d’un endroit pour se réfugier.

Le fait est cependant que les villes allemandes ne disposent pas toujours des moyens nécessaires pour accueillir plus de réfugiés, ce qui fait que ce sont les habitants qui en subissent les conséquences, créant plus de méfiance que de sympathie envers ces nécessiteux. Ce climat de méfiance est encore attisé par certaines déclarations politiques, ce qui transforme ces manifestations en incitation à la haine, un crime grave et sanctionné par la loi.

Coup de gueuleEconomie

Et si l’Allemagne répondait enfin favorablement à l’appel de ses syndicats et des autres membres de l’Union Européenne en augmentant les salaires de ses ouvriers et apprentis ? C’est ce qu’entend bien négocier le syndicat IG Metall, représentant les 3,7 millions d’employés de l’industrie métallurgique et électrotechnique.

Dans une économie où le taux de chômage se situe en-dessous de 5%, une des solutions la plus simple pour relancer la croissance serait d’augmenter les salaires. Le gouvernement allemand a déjà annoncé un plan d’investissements de 10 milliards d’euros d’ici 2018, mais cela semble trop lointain et pas assez concret pour les salariés du secteur privé.

Le président d’IG Metal, Detlef Wetzel, a annoncé cette semaine que « les salaires et les rémunérations des apprentis doivent connaître une hausse allant jusqu’à 5,5% ». Cette proposition doit être votée par l’ensemble des représentants régionaux et sera validée le 27 novembre puisque les accords actuels expirent au 31 décembre 2014. IG Metal représente un secteur crucial pour l’économie du pays, premier du classement européen, qui comprend l’automobile, l’électroménager, les semi-conducteurs et l’électronique.

Les employeurs répliquent de leur côté, que les perspectives de croissance du secteur ne sont pas au beau fixe, surtout à l’exportation et qu’il n’est donc pas envisageable d’augmenter les salaires. Detlef Wetzel rejette ces arguments en indiquant que le pays prévoit une croissance située entre 1,2% et 1,9%, et qu’il n’est que « justice que les salariés reçoivent une part équitable des bénéfices », rajoutant que cette hausse permettrait de relancer la consommation et l’économie allemande.

L’Allemagne a déjà été sollicitée par la France, par la Banque Centrale Européenne et d’autres partenaires européens qui soutiennent une augmentation des salaires.

Crédits photo : EvaK

Coup de gueule

Loin d’être une simple révolte étudiante, les mouvements de 1968 marquent le début d’une forte offensive de la classe ouvrière. Les États-Unis, la France, l’Italie, le Mexique, l’Allemagne et bien d’autres pays sont touchés par cette vague de protestation.

Les évènements de 1968 continuent de marquer les esprits, car leurs impacts se font encore ressentir jusqu’à maintenant. Derrière les mouvements des étudiants, c’est une forme de révolution qui s’est opérée, acculant certains gouvernements à démissionner et faisant tomber les dictatures. C’est en France que le mouvement est le plus marquant. En mai 1968, des millions de travailleurs ont commencé une grève générale qui a déstabilisé le gouvernement du général de Gaulle. Ces mouvements ont eu des répercussions considérables. Les conditions de travail des ouvriers ont été améliorées, les droits de la femme et des minorités sont révisés à la hausse. Les universités sont moins hermétiques et deviennent accessibles à toutes les classes sociales.

Coup de gueule

mine_charbon_allemagne_photo_Arnoldius.jpg

Depuis longtemps engagée dans une transition énergétique où le nucléaire n’a pas de place, l’Allemagne n’a aujourd’hui d’autres choix que de recourir à une énergie de compensation : le charbon. [Diffusé lors du journal télévisé de France 2 le 9 septembre dernier, un reportage explique les impacts, environnemental notamment, de ce choix énergétique contesté.

Afin de compenser les retards et les intermittences de ses projets solaires et éoliens, ainsi que la fermeture progressive de ses centrales nucléaires (la production a déjà été stoppée dans 8 centrales sur 17), le gouvernement d’Angela Merkel a décidé de relancer l’exploitation du charbon, présent en quantité considérable sur le territoire allemand.

Toutefois, selon les journalistes de France 2, l’exploitation du charbon nécessite d’immenses mines à ciel ouvert dont l’agrandissement demande de gros sacrifices : des dizaines de villages, comme celui d’Immerath cité dans le reportage, doivent être entièrement rayés de la carte. Impressionnantes, les images montrent également l’avancée implacable d’immenses roues, les paysages réduits en poussière, et la résignation des nombreuses familles expropriées.

Le charbon représente actuellement une part de 40% dans la production d’électricité outre-Rhin. Un choix énergétique qui ne manquera pas de choquer les défenseurs de l’environnement. Surtout quand on sait que l’énergie thermique issue de la mine d’Immerath entrainera l’émission de 96 millions de tonnes de CO2 chaque année!

Politique

bonheur_photo_Julien_Haler.jpg

L’ONU a publié dimanche 8 septembre son rapport « World Happiness Report 2013 », une étude réalisée par des chercheurs américains qui s’intéresse au bien-être des individus aux quatre coins du monde.

Établi à partir de différent critères mesurés entre 2010 et 2012 (tels que le PIB par habitant, le libre arbitre, le support social, la sécurité, la corruption ou encore l’espérance de vie), les chercheurs en charge de l’étude ont établi des notes sur 10 pour 130 pays. Ils en ont ensuite dégagé un classement des pays où il fait le meilleur vivre.

On retrouve de nombreux pays Scandinaves dans les dix premières places du classement : le Danemark et la Norvège occupent les deux premières marches du podium, puis vient la Suède en cinquième position, la Finlande en septième et l’Islande en neuvième. A leurs côtés, la Suisse et les Pays-Bas occupent la troisième et quatrième position suivie par le Canada, l’Autriche et l’Australie, respectivement en sixième, huitième et dixième position. La France occupe une bien fade vingt-cinquième place, devant l’Allemagne.

Le rapport arrive à la conclusion que, malgré la crise financière de 2007-2008, le bonheur de la population mondiale a légèrement augmenté ces dernières années. Les auteurs de l’étude expliquent cela par les améliorations de niveau de vie observées en Afrique subsaharienne et en Amérique latine, qui compensent le déclin de certains pays industrialisés.

« De plus en plus de dirigeants mettent en valeur l’importance du bien-être comme objectif dans le monde. Le rapport 2013 apporte la preuve que l’analyse et la mesure systématique du bonheur peu nous en apprendre beaucoup sur la manière d’augmenter le bien-être mondiale et le développement durable« , a commenté Jeffrey Sachs, directeur du Earth Institute de l’université Columbia.

Coup de coeur

ikono_festival_photo_Ars_Electronica.jpg

Ikono TV, la chaîne entièrement consacrée à l’art, va être lancée en France en septembre par l’opérateur Free. La chaîne sera en outre visible dès vendredi 6 septembre via son site Internet ikono.org.

Ikono est une plateforme spécialisée dans l’art basée à Berlin et fondée en 2006 par Elizabeth Markevitch. La particularité des productions Ikono est qu’elles « excluent tout commentaire ou son ajouté, afin de laisser place à une expérience purement visuelle et émotionnelle et de s’adapter à un public international« .

Diffusée en Haute-Définiton, Ikono TV sera à découvrir sur le canal 150 du bouquet Free au cours du mois de septembre. Elle proposera gratuitement, 24 heures sur 24, des vidéos et des courts-métrages portant sur toutes les époques et concernant l’ensemble des pratiques artistiques (dessin, peinture, sculpture, architecture et vidéo).

Le lancement de la chaîne est accompagné de « l’Ikono On Air Festival« , qui propose plus de 200 heures d’art en vidéo, du 6 au 29 septembre. La chaîne est actuellement visible en Allemagne, en Italie, en Autriche, en Suisse, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie du sud.