EconomieInternational

Les militants anarchistes d’Exarchia, à Athènes, sont en lutte contre la gentrification de leur quartier dont Airbnb forme l’avant-garde

Les militants ont commencé à durcir le ton contre les touristes et les appartements loués par le site Airbnb. Un communiqué suite à des tags contre des appartements loués disait clairement ; « touristes instagram, les flics ne vous sauveront pas. Vous n’êtes pas les bienvenus ici et vous n’êtes pas en sécurité. Propriétaires, votre porte est la prochaine ».

Les touristes se font en effet de plus en plus nombreux à Exarchia. Ce haut-lieu de l’anarchisme européen et des luttes sociales attire de par son aspect bohème. Airbnb n’est que la façade la plus visible d’un problème croissant. Il est cependant clair que la plateforme contribue à l’augmentation des loyer dans le quartier. Des problèmes similaires existent par exemple à Barcelone. Les anarchistes luttant également contre Airbnb et le tourisme dans cette ville.

Multiples attaques contre le quartier

La situation est cependant particulière à Exarchia. Il faut par exemple noter que nombre d’anarchistes ont ouvert des squats pour les migrants dans ce quartier où la police et les fascistes s’aventurent peu. Ces squats sont aujourd’hui les cibles du nouveau gouvernement mais la combativité du quartier a largement freiné leur plan de « nettoyage ».

Les anarchistes du quartier ne se trompent certainement pas de cible en pointant Airbnb du doigt ; le quartier est le deuxième en terme de nombre de logements loués sur la plateforme. On estime par ailleurs que les loyers ont augmenté de 30 % depuis 2016.

Les touristes feraient bon d’éviter ce quartier dont la réputation n’est plus à faire. Les menaces faites aux locataires d’Airbnb et aux touristes pourraient bien évoluer vers des formes plus radicales de contestation.