OTAN, Russie, Arctique
International

De mercredi 19 à jeudi 20 mai s’est tenue à Reykjavik une réunion du Conseil de l’Arctique, une assemblée d’états septentrionaux frontaliers de l’arctique (Russie, États-Unis, Canada, Danemark, Suède, Norvège, Finlande et Islande) tous soucieux du regain de tensions dans cette zone. 

Importante activité militaire russe

«   Nous voyons des critiques sur le fait que la Russie développe son activité militaire dans l’Arctique. Mais il est clair pour tout le monde depuis longtemps que ce sont nos terres, notre territoire, nous répondons de la sécurité de notre littoral et tout ce que nous faisons là-bas est parfaitement légal et légitime », a déclaré sans ambages le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, lundi 17 mai. 

Plus précisément, cette activité militaire russe se caractérise par le déploiement de batteries antiaériennes S-400 dans le nord de la Sibérie, et par l’apparition de sous-marins nucléaires émergents de la glace non loin du pôle. « L’objectif était  de montrer : “N’essayez pas de maîtriser les mers du Nord. Nous sommes ici depuis longtemps” », avait à cette occasion déclaré l’amiral Viktor Kravchenko. C’est « un signal adressé à nos amis étrangers, les Américains ».

L’OTAN n’est pas en reste  

Mi-avril, la Norvège et les Etats-Unis ont signé un accord autorisant les USA à construire trois bases aériennes et une base navale en Norvège, faisant du pays la « tête de pont des États-Unis dans l’Arctique », selon l’amiral russe Aleksander Moiseyev.

Le Danemark compte également mettre la main à la poche, en investissant 200 millions d’euros dans un système de surveillance novateur composé de drones couvrant ses territoires du nord, le Groenland et les îles Féroé

En 2022, la Norvège accueillera d’ailleurs les manœuvres « Cold Response 2022 » (« réponse froide 2022 »), dans la zone des îles Lofoten, à 600  km seulement de la base de sous-marins russes de Mourmansk. 40 000 militaires et des dizaines de navires y participeront, faisant de ces manœuvres le plus grand déploiement occidental dans la zone depuis la fin de la guerre froide.

Politique

Greenpeace : Arctique menacé !

Alors que le sommet de Rio ne porte que très peu d’espoirs pour le climat , Greenpeace lance aujourd’hui sa campagne “Save The Arctic“.

Première action symbolique : la dépose, au Champ de Mars d’une sculpture d’ours polaire en glace grandeur nature qui fond lentement. Dans le reste du monde, des ours polaires se sont mobilisés.

L’Arctique, symbole universel de l’urgence

Nous sommes 7 milliards d’habitants sur la planète, et nous dépendons tous de l’Arctique, qui est nécessaire à notre équilibre climatique. Car en formant une couche de protection réfléchissante, la banquise régule notre climat et nos moyens de subsistance.

lire la suite sur : http://energie-climat.greenpeace.fr/climat-malade-industries-petrolieres-x-enjeux-diplomatiques-arctique-menace