Politique

Dimanche soir, l’armée irakienne entre à 160 km au nord du Bagdad. Des miliciens chiites et des combattants kurdes l’ont appuyé durant cette intervention.

Ils sont survenue à mettre fin au siège d’Amerli, ville chiite du nord de l’Irak.   Les forces irakiennes ont déjà essayé à entourer cette organisation de l’État islamique ou EI depuis deux mois, mais ce n’est que maintenant qu’elles décident de lancer les attaques.

Le général Qassem Atta, représentant des services de sécurité irakienne affirme que cette victoire est d’une grande importance pour son pays. À ce même instant, à Soule iman Bek et Yankaja, au nord d’Amerli, les combats ont éclaté entre Kurdes et miliciens d’un côté et les rebelles islamistes de l’autre. Durant ce cafouillage un responsable de la santé constate que deux combattants kurdes et 12 miliciens ont trouvé la mort dans ces combats.

Durant ces attaques, l’armée américaine a soutenu l’Irak en offensive terrestre. Il a lancé de nouvelles frappes aériennes aux environs des lieux d’affrontements.