alliance, CGT, Greepeace, Attac
IdéesSociété

Vendredi 17 janvier, à Saint-Denis, le secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT), Philippe Martinez, le directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard, et la porte-parole de l’association altermondialiste Attac, Aurélie Trouvé, se sont réunis pour discuter d’un plan rouge et vert face aux enjeux environnementaux.

L’objectif est d’élaborer une proposition commune pour lutter efficacement contre le changement climatique, tout en assurant des emplois de qualité aux salariés des secteurs concernés.

Evolution de part et d’autre

« Si le choix pour sauver la planète, c’est de perdre son boulot, le discours syndical va être compliqué », ironise Philippe Martinez. Selon le secrétaire général de la CGT, « il faut créer les conditions qui permettent de conjuguer créations d’emplois et industries et énergies propres. Il y a une évolution de la CGT sur ces questions ».

« Il y a des alliances à faire entre les forces sociales, les syndicats et les organisations environnementales, rappelle la porte-parole d’Attac, Aurélie Trouvé. Cela nécessite une évolution au sein des syndicats, qui est en train de se faire. Et du côté des associations écologistes, cela veut dire intégrer les questions sociales. »

« On appelle de nos vœux une transition écologique ambitieuse mais on veut éviter qu’on nous renvoie sans cesse cette question des pertes d’emplois », explique Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace.

Inspiration de la gauche américaine

La CGT, Greenpeace et Attac se sont inspirés du projet de Green New Deal américain, fondé sur trois piliers : la diminution des émissions de CO2, la sortie du pétrole et du charbon, et la création de millions d’emplois pour mettre en œuvre cette transition.

« C’est un aspect central du projet : on ne peut pas opposer l’emploi et l’environnement », explique l’économiste Pavlina Tcherneva, selon qui un plan industriel massif « de même ampleur que pour une économie de guerre » est nécessaire.

Politique

Appel à rassemblement dimanche 18 décembre 2011 Appel des organisations participant sous différentes formes aux luttes des immigré.e.s et aux actions concrètes de soutien. Nous sommes Si la situation en France pour les migrant.e.s et réfugié.e.s s’est considérablement durcie ces dernières années, tant la solidarité autour des élèves et parents d’élèves avec le Réseau Education Sans Frontières (RESF) que, depuis 2008, les grèves de travailleuses et travailleurs sans papiers ont permis de modifier le regard de la population en leur direction.

Nous entrons dans une phase de débats électoraux où nous souhaitons faire entendre la voix de la solidarité, de l’hospitalité et de la fraternité. Nous répondons donc à l’appel lancé par le Forum mondial migration de Quito d’octobre 2010 et par le Forum social mondial de Dakar de février 2011 en nous engageant à faire connaître dans notre presse et sur nos listes de diffusion l’appel à ce que, dans le plus grand nombre d’endroits possibles en France, se tiennent autour du 18 décembre des initiatives exigeant une politique de solidarité réelle, juste et généreuse.

Nous appelons également à la ratification par la France de la Convention des Nations unies “pour les droits des travailleurs immigrés et des membres de leurs familles”. Nous souhaitons que nos structures locales, nos adhérent.e.s se rencontrent et construisent ensemble ces initiatives, qui feront, par delà nos différences, de cette Journée Globale Migration un moment fort de débat.

Journée Internationale de solidarité avec les migrants

Associations : Acort, Act’up Paris, Alif, ASEFR, ATMF, ATTAC, CIMADE, CSP 75, CSP 92, Droits-Devant, Femmes Egalité, FASTI, FTCR, Gisti, LDH, MRAP, Roms

Collectifs : D’ailleurs nous sommes d’ici, Des Ponts Pas des Murs, RESF, UCIJ

Syndicats : CGT, FSU, Solidaires, Sud Educ

Partis politiques : Alternatifs, EELV, Fase, NPA, PCF, PCOF, PG

Ensemble pour les droits et la dignité des migrant.e.s Manifestation dimanche 18 décembre 2011 RdV parisien à 15h à Belleville

source article : http://www.ldh-france.org

Politique

Taxe Tobin en Europe : une avancée qui vient trop tard

Communiqué Attac : Le Président de la Commission européenne, M. Barroso, va proposer au Conseil européen un projet de directive sur la taxation des transactions financières. Il y a dix ans nous aurions crié victoire. Mais aujourd’hui c’est trop peu, trop tard.

Que tous les responsables politiques européens reprennent une proposition que nous portons depuis 12 ans représente une victoire des idées d’Attac. Les modalités proposées par la Commission rejoignent sur plusieurs points nos propositions: un taux de 0,1%, appliqué à toutes les transactions impliquant des opérateurs financiers européens, aurait indiscutablement un effet régulateur important en dissuadant les opérations les plus spéculatives, notamment le “trading à haute fréquence”. La prise en compte des transactions sur les produits dérivés, à leur valeur nominale, serait également une avancée importante, même si on peut regretter que le taux proposé ne soit alors que de 0,01%. L’ampleur de la proposition est malheureusement limitée par l’exclusion de la taxation des transactions sur le marché des changes (entre l’euro et d’autres devises ) car ce marché pèse 4.000 milliards de dollars par jour, soit près de la moitié des transactions financières dans le monde.

Des interrogations majeures subsistent sur l’utilisation des fonds récoltés. Si le produit n’est utilisé que pour combler les déficits et renflouer une nouvelle fois les banques sans contrepartie, l’efficacité sera nulle. Les dizaines de milliards d’euros que la taxe pourrait rapporter doivent alimenter des fonds européens et mondiaux pour financer la lutte contre la pauvreté en Europe et ailleurs, contre les épidémies et le réchauffement climatique, et pour amorcer la transition écologique.

Nous ne sommes pas dupes: les dirigeants européens ne se sont résolus à nous donner raison que pour mieux justifier auprès des opinions publiques le passage du rouleau compresseur de l’austérité, avec son lot de politiques injustes. Une offensive d’une virulence inédite se déroule en ce moment en Europe contre l’État social alors que les dettes publiques et la crise de l’euro, loin de résulter d’un excès de dépenses, proviennent de la crise financière et des cadeaux fiscaux consentis depuis vingt ans aux privilégiés . La taxe sur les transactions financières ne suffira aucunement à redistribuer les richesses à la hauteur des nécessités actuelles. Il n’est pas non plus anodin qu’elle soit annoncée au moment où se profile une recapitalisation des banques européennes par les fonds publics: il s’agit d’éviter une révolte contre ce nouveau sauvetage des banques, en donnant l’impression que la finance est elle aussi mise à contribution.

Cette taxe – et seulement en 2014 – c’est trop peu, trop tard. Trop peu car le désarmement des marchés financiers, nous l’avons toujours dit, ne peut se limiter à une taxe: il faut aussi des réglementations énergiques (démantèlement des banques “trop grosses pour faire faillite”, contrôle de flux des capitaux, interdictions des transactions de gré à gré, stricte limitation des marchés de produits dérivés, surtout sur les marchés de produits alimentaires…). Trop tard, car la crise financière provoquée par trente années de laxisme prend aujourd’hui des dimensions dramatiques. Des solutions radicales deviennent désormais incontournables, comme la socialisation du secteur bancaire et sa mise sous contrôle de la société; l’audit des dettes publiques et la répudiation de leur part illégitime; la réforme de la Banque centrale européenne pour qu’elle puisse financer directement les États… Nous avions raison sur la taxe Tobin; souhaitons qu’il ne faille pas encore dix ans et une crise cataclysmique pour que nos propositions actuelles soient elles aussi prises au sérieux. Nous les réaffirmerons dans la rue le 15 octobre avec les indignés d’Europe et du monde, et au contre-G20 à Nice du 1er au 4 novembre.

Source article : http://www.france.attac.org

Politique

L’Édition 2011 de l’AlterVillage se déroulera du lundi 11 au lundi 18 juillet à Mouguerre, à 10 kms de Bayonne.

L’AlterVillage est un village alternatif organisé par Attac France sur les formes d‘actions et les pratiques militantes.

L’objectif de l‘AlterVillage est double :

d’un côté, il s’agit de nous donner un temps de réflexion et de regard critique sur les manières de mener des actions en rapport avec les analyses altermondialistes ; de l’autre, il s’agit de se former à des techniques militantes, simples, mais nécessaires pour gagner en efficacité. Des militantes-ants de différentes organisations sont présentes-ents et échangent leurs expériences et réflexions pendant quatre jours, à travers des ateliers, des débats, des entraînements à des techniques militantes, etc.

L’AlterVillage est un espace temporaire où s’organise une vie collective, de l’installation du Village et jusqu’au nettoyage du site, on y fait l’apprentissage du vivre ensemble et de la prise de responsabilités collective.

Plus d’infos sur le site officiel : http://www.france.attac.org

Politique

Attac Pays d’Arles et le Cinéma Le Galet proposent la projection du film Plastic Planet de Werner Boote le vendredi 3 juin à 20h30. Documentaire de 95 minutes sorti en salle le 6 avril 2011. Synopsis : commode et bon marché, le plastique semble être devenu incontournable dans notre vie quotidienne. Tous les secteurs de l’industrie mondiale dépendent aujourd’hui, d’une manière ou d’une autre, du plastique. Il est présent partout (emballages, matériaux de construction, électronique, vêtements…). Pourtant, le plastique est devenu un danger global, tant pour l’homme que pour la planète, symbole de sur-consommation et de pollution à grande échelle. La projection sera suivie d’un débat animé par Attac Pays d’Arles.

plus d’infos sur http://local.attac.org/13/arles/