Auchan
Politique

Après Carrefour, c’est au groupe Auchan d’annoncer la vente de plusieurs supermarchés. Plusieurs centaines de postes sont menacés.

Arguant que les déficits sont trop importants, le groupe Auchan a fait savoir qu’il mettait en vente une vingtaine de ses supermarchés dans toute la France. Plus de 720 salariés sont directement concernés par cette opération avec le risque que cela représente sur leur emploi.

Dans un communiqué, le groupe précise que dans l’éventualité où ces points de ventes ne trouvaient pas preneur, « un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) sera donc ouvert ». Afin de tenter de calmer la grogne des employés, Auchan assure que la vente sera fera en visant un triple objectif : « préserver l’emploi des collaborateurs concernés, assurer la continuité commerciaux aux habitants et garantir le dynamisme économique des territoires ». Rien de bien concret donc.

De son côté la CDFT dénonce un « PSE qui intervient après des années d’errances stratégiques alors qu’Auchan et le groupe Mulliez ont reçu au titre du CICE 500 millions d’euros sur les six dernières années, ce qui est d’autant plus inacceptable  » et d’ajouter « la CFDT est scandalisée d’apprendre que l’entreprise décide d’un PSE d’envergure en mode départ contraint sur les sites de production ».

Politique

Avec la mise en place du nouveau label « Quoi ma gueule ? » destiné à promouvoir la vente des fruits et légumes habituellement laissés de côté pour des raisons esthétiques, le collectif Les gueules cassées à l’origine de cette initiative semble avoir attiré l’attention des grands distributeurs. Depuis le mois de mars dernier, Intermarché, Auchan et Monoprix ont accepté de mettre à la vente ces fruits et légumes « moches ».

Les fruits et légumes difformes ou hors calibres font finalement leur retour dans les grandes surfaces. Jetés systématiquement depuis de trop nombreuses années, le collectif Les gueules cassées entend désormais mettre fin à ce gaspillage.
Comme l’affirme le label, « si l’aspect extérieur de nos ‘gueules cassées’ peut présenter certaines imperfections, leurs qualités propres représentent leur premier atout ». Et en effet, l’aspect souvent irrégulier de ces légumes marqués par les intempéries ou la taille trop petite ou trop grosse de ces fruits ne sont pas autant synonymes de mauvaise qualité, bien au contraire. « C’est moins beau, mais tout aussi bon », résume Antoine Carissimo, responsable de l’offre fruits et légumes d’Auchan France.

Alors que chaque année, des centaines de kilos de fruits et légumes déformés ou abimés sont jetés par les producteurs par manque de débouchés valorisants, cette nouvelle tendance pourrait bien mettre un terme à un gaspillage alimentaire considérable.

De plus, proposés à un prix 20 à 30 % inférieur à celui des fruits et légumes de première classe, ce nouveau système présente des avantages aussi bien pour le producteur et le distributeur que pour le consommateur. Si ce dernier paie effectivement moins cher, le producteur réduit ses coûts en évitant les pertes générées par l’incinération des produits hors-norme.

S’il ne s’agit pour l’instant que d’initiatives locales, le succès de ses opérations présage d’un développement possible à l’échelon national. 17 Monoprix à travers la France devraient bientôt proposer ce type de produits tandis qu’Auchan et Intermarché pourraient bien étendre le rayon « moche » à l’ensemble de leur réseau de distribution.

Crédits photo : Les gueules cassées