InternationalPolitique

Le feu est en train de ravager les forêts subtropicales de l’État du Queensland suite à des conditions climatiques sans précédent.

Le feu a déjà détruit la Bunna Burra Lodge ; un bâtiment historique de la région vieux de 86 ans. Lee Johnson, responsable des pompiers de Queensland affirme n’avoir jamais vu de telles conditions en 12 ans de service. Il s’agit probablement du pire feu de l’histoire de l’État.

Le décembre dernier on dénombrait encore 52 feux distincts à travers la région. Les écoles sont fermées et 20 bâtiments ont déjà été détruits. Le parc national de Lamington est en proie aux flammes. Le responsable de Bunna Burra Lodge, Steve Noakes, est abasourdit. Les feux n’avaient jamais sérieusement atteins la végétation luxuriante et humide autour du bâtiment.

Le changement climatique à l’origine du problème

Tout comme l’année dernière l’État a connu des conditions sans précédent pour un mois de novembre ; une combinaison de chaleur, de sécheresse et de vent dans les régions tropicale et subtropicales de l’État. La ville de Stanthorpe, aujourd’hui menacée par le feu, était presque à cours d’eau potable.

Le problème est qu’il presque impossible de combattre le feu dans cette région. La chaleur générée par le feu empêche les pompiers de s’approcher. De plus, la zone touchée est réputée pour son inaccessibilité ; une seule route d’accès. Dimanche dernier à 3h du matin il a été décidé de faire reculer les pompiers pour leur propre sécurité.

Il est désormais impossible d’accéder au site, et cela risque d’être le cas pour plusieurs jours suite aux éboulements et aux chutes d’arbres. Selon Noakes il s’agit «  du signal que nous avoir une approche plus proactive envers le changement climatique ». Il souhaite que Bunna Burra Lodge soit reconstruite en prenant en compte les impacts du changement climatique.

Coup de coeur

Norrie.jpg Enfin! La Haute cour de l’Australie a fait savoir sa décision concernant le choix de la sexualité d’une personne.

En Australie le troisième genre neutre « ni homme, ni femme » a été accepté à l’unanimité par les juges de la haute cour. Ils ont rejeté l’appel déposé par l’Etat de Nouvelle Galles pour maintenir uniquement les deux genres.

Une bataille juridique de quatre ans

L’histoire a commencé en 2010 lorsque, Norrie le premier genre neutre n’a pas voulu s’identifier sur les deux genres « homme, ou femme » après l’échec de son intervention chirurgicale. Rappelons un peu son histoire : Norrie est né homme est a voulu changer de sexe qui fût un échec. Depuis Norrie a enregistré son appartenance en genre neutre dans le registre civil de l’Etat de Sydney qui a accepté même qu’elle soit du « genre non spécifique ». Mais le registre du Nouvelle Galles du Sud en Sydney est revenu sur sa décision et a déclaré que le certificat de Norrie est invalide. Une bataille juridique de quatre ans a été nécessaire jusqu’à cette décision finale de Haute cours. Le plaignant(e) Norrie se dit « comblée » par cette décision.

photo: wikimédia

Politique

e_cig_photo_pixelblume.jpg

Un article du quotidien australien ”The Age” annonce que le pays des antipodes pourrait devenir le premier à interdire la cigarette traditionnelle en remplaçant son usage par celui des cigarettes électroniques.

Selon nos confrères australiens, le gouvernement fédéral d’Australie serait actuellement en train de tester l’efficacité de la cigarette électronique en vue d’interdire l’usage des cigarettes traditionnelles sur son territoire.

Le gouvernement aurait déjà investi plus d’un million de dollars dans une étude “pionnière” qui déterminera, d’ici 2015, si les cigarettes électroniques peuvent ou non être utilisées comme substituts aux cigarettes composées de tabac.

Coral Gartner, responsable de l’étude au Centre de Recherche de l’Université du Queensland, estime que les e-cigarettes pourraient être “bénéfiques pour la santé publique” si elles remplaçaient complètement les cigarettes traditionnelles.

Rendue “fashion” par des célébrités comme Katy Perry ou Leonardo DiCaprio, les e-cigarettes ont tellement de succès que des compagnies de l’industrie du tabac comme Philip Morris développent leur propre marque.

Reste toutefois à déterminer si ce nouveau gadget à la mode contient moins de produits chimiques que le tabac.

Politique

bonheur_photo_Julien_Haler.jpg

L’ONU a publié dimanche 8 septembre son rapport “World Happiness Report 2013”, une étude réalisée par des chercheurs américains qui s’intéresse au bien-être des individus aux quatre coins du monde.

Établi à partir de différent critères mesurés entre 2010 et 2012 (tels que le PIB par habitant, le libre arbitre, le support social, la sécurité, la corruption ou encore l’espérance de vie), les chercheurs en charge de l’étude ont établi des notes sur 10 pour 130 pays. Ils en ont ensuite dégagé un classement des pays où il fait le meilleur vivre.

On retrouve de nombreux pays Scandinaves dans les dix premières places du classement : le Danemark et la Norvège occupent les deux premières marches du podium, puis vient la Suède en cinquième position, la Finlande en septième et l’Islande en neuvième. A leurs côtés, la Suisse et les Pays-Bas occupent la troisième et quatrième position suivie par le Canada, l’Autriche et l’Australie, respectivement en sixième, huitième et dixième position. La France occupe une bien fade vingt-cinquième place, devant l’Allemagne.

Le rapport arrive à la conclusion que, malgré la crise financière de 2007-2008, le bonheur de la population mondiale a légèrement augmenté ces dernières années. Les auteurs de l’étude expliquent cela par les améliorations de niveau de vie observées en Afrique subsaharienne et en Amérique latine, qui compensent le déclin de certains pays industrialisés.

De plus en plus de dirigeants mettent en valeur l’importance du bien-être comme objectif dans le monde. Le rapport 2013 apporte la preuve que l’analyse et la mesure systématique du bonheur peu nous en apprendre beaucoup sur la manière d’augmenter le bien-être mondiale et le développement durable“, a commenté Jeffrey Sachs, directeur du Earth Institute de l’université Columbia.