Benoît Hamon, ISF, Gilets jaunes
Politique

Interviewé au sujet de la crise des Gilets Jaunes, Benoît Hamon approuve l’idée du rétablissement de l’ISF et propose même de l’instaurer au niveau européen.

Alors que le Grand débat national s’ouvre actuellement dans le but de faire remonter les doléances et les idées des Gilets jaunes, Benoît Hamon a fait savoir qu’il était pour le retour de l’ISF. Supprimé dès le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, l’impôt sur la fortune est dans le viseur des Gilets jaunes depuis le 1er rassemblement du 17 novembre 2018. Ils réclament entre autres une meilleure justice fiscale. Le rétablissement de l’ISF y participerait.

Même si Emmanuel Macron affirme que l’ISF n’est “pas du tout tabou, ni un totem”, il a néanmoins martelé devant un parterre de maires réunis à Grand Bourgtheroulde dans l’Eure combien le maintien de sa suppression était importante. Pour autant, un comité d’évaluation de la réforme de l’ISF a été créé en décembre sous la pression populaire. Un rapport sera rendu en mars.

Mais pour Benoît Hamon, le rétablissement de l’ISF est primordial, se montrant “favorable” à son retour. L’homme veut même aller plus loin encore et propose la création d’un “impôt sur la fortune européen”. Un défi de taille serait toutefois à relever puisque la création d’un tel impôt nécessiterait au préalable une modification de la Constitution française et une modification des traités européens.

Politique

afeu_artifice_photo__Pierre_Schwaller.jpg

Si on se fie à l’indice de confiance des consommateurs, calculé par l’INSEE, les français se seraient montrés plus optimistes qu’à l’accoutumé pour la période des fêtes de fin d’année. Malgré un chiffre qui demeure bien en dessous de la moyenne de longues périodes (100), cet indice a en effet progressé d’un point par rapport à celui de novembre, pour atteindre 85 en décembre.

Selon l’INSEE, les français ont ainsi été un peu moins nombreux à anticiper une évolution négative du marché de l’emploi : “le solde correspondant perd 10 points, après avoir augmenté de 15 points en novembre. Il reprend ainsi la baisse débutée à l’été 2013 et se situe 31 points en dessous de son niveau de juin”. Malgré tout, il reste en-dessus de sa moyenne de long terme (32).

Benoît Hamon, Ministre chargé de la Consommation, ne cesse de mettre en avant une inversion évidente de la courbe du chômage même si, selon ses termes, elle “n’est pas forcément perceptible par toutes les familles”. A contrario, l’INSEE estime que le taux de chômage devrait continuer d’augmenter légèrement jusqu’à fin juin 2014. En atteignant, à ce moment-là, 11% de la population active, il correspondrait à une quasi-stabilité par rapport au taux de septembre 2013.