Politique

« The Parisienne » est un blog qui raconte le quotidienne d’une certaines Nathalie et ce depuis 5 ans. Cependant, le journal le Parisien l’a assigné de contrefaçon. Le nom de son blog serait similaire au magazine « la Parisienne ».

Ainsi, que vous viviez à Paris ou travailliez à Paris, vous ne pouvez pas attribuer le statue de « Parisienne », surtout sur Internet. C’est ce qu’a appris Nathalie, une blogueuse, titulaire d’un blog intitulé « The Parisienne ». Elle est donc accusée de contrefaçon. Le magazine exige « l’abandon de l’URL du blog » ainsi que le versement d’une somme de 20 000 euros en guise de dommages et intérêt. La jeune n’avait pas pu s’empêcher de relater sa sidération dans un billet mis en ligne le 25 août. « Comment un journal pourrait-il penser une seconde que le blog individuel d’une Parisienne amoureuse de sa ville pourrait être une tentative de copie d’un quotidien parisien, et de son armée de journalistes ?! »

L’Express affirme que la demande du Parisien est fondée. Si « The Parisienne » est en ligne depuis 5 ans, le magazine l’est depuis 2003. Malgré les fondements de la plainte, les internautes soutiennent la blogueuse. Certains n’ont pas hésité à ironisé l’attaque avec un « hashtag » #JeSuisParisienne sur Twitter. Des centaines de messages de soutiens ont été mis en ligne seulement en quelques heures. Un accord à l’amiable semble être conclu entre les deux parties qui ne souhaitaient pas revivre les débauches du magazine le Figaro et Elise Figaro.

Coup de coeur

Prince_Albert_de_Monaco_PhotoWorldEconomicForum.jpg

Le blogueur Robert Eringer, a été condamné par la justice française à verser une amende de 3000 euros, ainsi que 9000 euros de dommages et intérêts au Prince Albert de Monaco, pour l’avoir diffamé ainsi que plusieurs autres personnalités monégasques.

Il y a quelques jours, la justice américaine a rejeté l’ultime recours en justice du blogueur Robert Eringer, qui accusait la principauté de Monaco de ne pas avoir pas réglé sa dernière facture lorsqu’il travaillait au service du Prince Albert.

Un nouveau revers judiciaire pour le « faux espion, mais vrai escroc » (dixit Stéphane Bern) qui intervient seulement quelques mois après la condamnation par la justice française de ce même Robert Eringer à verser des dommages et intérêts au Prince Albert (entre autres) pour diffamation et injure publiques.

« Condamnations pénales »

Outre ce jugement en faveur du Prince, d’autres décisions correctionnelles ont été rendues et ont toutes retenu la culpabilité de Robert Eringer. Ce dernier a ainsi été condamné par la 17e chambre du Tribunal correctionnel de Paris pour avoir notamment diffamé l’avocat d’Albert de Monaco, Maitre Thierry Lacoste, le chef de l’administration du palais, Claude Palmero, ou le chef de la sûreté monégasque André Muhlberger.

Au total, ce sont donc cinq condamnations pénales concernant des délits de diffamation, que la justice a infligées au blogueur.

« Les ravages de la mythomanie »

Robert Eringer, habitant de Santa Barbara en Californie, a travaillé pendant quelques années comme consultant pour la Principauté monégasque, avant de se faire remercier suite à différentes frasques.

Il est connu pour ses théories conspirationnistes, ainsi que pour ses accusations mensongères à tous vents, comme l’a expliqué le journaliste spécialisé dans la noblesse européenne, Stéphane Bern, dans un article publié en 2009 sur La Tribune de Genève, où il dénonçait les « accusations infondées d’un faux espion mais vrai escroc, Robert Eringer, dont il suffit de lire le blog pour mesurer les ravages de sa mythomanie. »

Dans son essai consacré aux célèbres faux-espions, The real lives of fake spies : collateral damage behind the world’s most fraudulent sleuths, la journaliste américaine Sarah L. Knight avait d’ailleurs consacré un chapitre à Robert Eringer.

Celui qui s’était fait faire une carte d’agent secret immatriculée 001 semble avoir un problème particulier avec Monaco, puisque depuis qu’il s’est fait renvoyer des services de la Principauté, Eringer a totalisé pas moins de 30 condamnations pour diffamation et injure publiques, atteinte à la vie privée et à l’image du Prince.

Quand le journalisme prend des allures de règlement de comptes, la vérité n’en sort jamais gagnante !