VTC, salariés, Californie
Economie

La cour supérieure de justice de San Francisco vient de prendre une décision imposant aux deux géants du secteur, Uber et Lyft, de traiter leurs chauffeurs comme des salariés et non plus comme des autoentrepreneurs.

«  Les chauffeurs ne veulent pas être des employés  »

Ce verdict du juge Schulman, si sévère soit-il, est loin de faire plier les deux multinationales, qui comptent bien faire appel, estimant que cette décision va à l’encontre de l’intérêt des chauffeurs. 

« Les chauffeurs ne veulent pas être des employés, point final », a fermement répondu Lyft dans un communiqué, tandis qu’Uber s’est servi d’un sondage réalisé durant la crise sanitaire du Covid-19 pour démontrer qu’« une énorme majorité » de ses chauffeurs ne voulaient pas être salariés.

Le combat des géants du VTC continue d’ailleurs hors des tribunaux. Ils ont en effet débloqué 95 millions d’euros pour financer une campagne visant à obtenir un référendum d’abrogation du cadre juridique nouvellement établie en Californie.

«  Arguments bidon  »

Selon le procureur de la Californie, Xavier Becerra, Uber et Lyft ont été  « percés à jour »  par cette décision, et leur défense se résume à une suite d’« arguments bidon ». « Quel travailleur ne veut pas de congés maladie ? Quel travailleur ne veut pas d’assurance-chômage en pleine crise de Covid-19 ? Quel travailleur ne veut pas être payé pour ses heures supplémentaires s’il travaille 60  heures par semaine ou 12  heures par jour ? », ironise-t-il, collant parfaitement à l’esprit de la décision. 

« Si nous acceptions ce raisonnement, la majorité des industries qui reposent sur la technologie pour gagner rapidement des parts de marché pourraient, impunément, priver des légions de travailleurs des protections de base qui leur sont dues », estimait en effet le juge Schulman en rendant son verdict.

Politique

La Californie fait face à une abominable sécheresse

Après avoir affronté trois hivers secs consécutifs, la Californie se voit confronter à une des pires sécheresse qu’elle n’ait rencontré depuis 100 ans. Depuis vendredi le 17 janvier, le gouverneur, Jerry Brown, a déclaré que la situation est alarmante. Du à cette chaleur insoutenable, des incendies ne cessent de ravager cet état de l’Amérique. D’ailleurs, l’incendie Colby Fire a fait d’énormes dégats au sud de la californie.

Pour préserver l’eau, les autorités californiennes ont demandé aux habitants de réduire leur consommation de 20%. Des mesures draconiennes, comme interdire l’arrosage des jardins et des pelouses, ont également été prises pour économiser cette resource. Les personnes qui sont les plus affectées par cette catastrophe sont les agriculteurs et les propriétaires de ranchs.

Le niveau d’eau dans l’état de la Californie baisse considérablement. Malheureusement, les nombreux cultivateurs sont les premiers à souffir de cette sécheresse. Si cette situation désastreuse persiste, ils n’auront plus d’eau pour maintenir leurs plantes et animaux en vie.