Cannabis médical, France
Politique

Alors que 33 pays ont autorisé l’utilisation du cannabis à usage médical, des élus et des médecins de France appellent le gouvernement à faire de même. Un peu plus tôt dans l’année, Agnès Buzyn avait laissé entrevoir une possible issue positive au dossier.

Le sénateur PS Rachid Témal, le maire PS de Strasbourg Roland Ries, les députés LREM Sonia Krimi, Jean-Baptiste Moreau, et Florent Boudié, le maire EELV de Grenoble Eric Piolle et le maire EELV du IIe arrondissement de Paris, Jacques Boutault comptent parmi les élus qui sont montés au créneau pour demander l’autorisation en France d’utiliser le cannabis dans un contexte médical, d’apaisement de certaines douleurs. Aux côtés de médecins, ils défendent « l’efficacité du produit dans la gestion de la douleur chronique, les troubles physiques provoqués par les chimiothérapies et les spasmes musculaires liés à la sclérose en plaques ».

Plus de 300 000 patients pourraient directement bénéficier des effets du cannabis médical, le groupe d’élus et de médecins estimant que « Produire du cannabis​ pour un usage thérapeutique en France n’est plus une option mais une nécessité ». Car pour eux « l’efficacité du produit dans la gestion de la douleur chronique, les troubles physiques provoqués par les chimiothérapies et les spasmes musculaires liés à la sclérose en plaques » sont bien réels. Ils soulignent que son « mode d’action et (son) mode d’administration tel que la vaporisation n’entraînent quasiment aucun effet secondaire ».