Coup de gueulePolitique

Le conseil des prud’hommes de Bobigny (Seine-Saint-Denis) va devoir étudier ce mercredi un cas hélas trop fréquent dans son principe. Un intérimaire, ayant travaillé pendant 30 ans pour la même entreprise en cumulant plus de 700 contrats d’intérim, attaque Manpower qui a décidé de le licencier.

Cet ouvrier malien, a enchainé des postes divers pour un total de 703 missions de travail temporaire, allant de deux jours à plusieurs mois et surtout toujours au profit de la même société “Placoplatre”. Puis un jour, il a eu l’idée saugrenue de demander à être en CDI, afin de pouvoir, faire venir en France sa femme et ses enfants. La réponse ne s’est pas fait attendre, il n’a plus été appelé.

Selon le Code du travail, le contrat d’intérim ne peut pas renter dans le cadre d’une  activité normale et permanente de l’entreprise. L’intérimaire, demande la requalification de ses missions d’intérim en contrat à durée indéterminée. Cela ne lui redonnera pas un travail, mais il a de fortes chances d’obtenir la requalification de ses missions d’intérim en contrat à durée indéterminée et donc des indemnités au regard de la durée du préjudice subi.

Manpower a refusé de s’exprimer avant l’audience. Mais comment des entreprises d’intérim, qui connaissent parfaitement le droit du travail peuvent-elles se retrouver dans des situations de faute aussi flagrantes ? Peut-être parce que le jeu en vaut la chandelle ? Certaines entreprises vont recourir à de nombreux intérimaires dont très peu se plaindront à la fin. Elles acceptent alors de payer pour le salarié qui entame une procédure. Elles préfèrent souvent cela à la régularisation de toutes les situations.

Crédit photo : Roger Coss

 

 

 

Coup de coeurEconomie

Comme le montre l’article de Challenges sur nos économistes stars, la France garde une place stratégique dans le monde économique malgré sa faible croissance. Après le bestseller de Thomas Piketty sur le capital au 21ème siècle, la nomination d’Esther Duflo dans l’équipe de Barack Obama, la nouvelle impulsion de Christophe Mazurier au Crédit Mutuel, et le prix Nobel de Jean Tirole : la qualité de nos experts et praticiens fait l’unanimité. Malgré ces bonnes nouvelles, les prévisions du FMI interrogent sur les capacités de nos politiques à employer cette expertise pour améliorer concrétement les performances du pays…

Thomas Piketty : le Karl Marx des temps modernes

Son livre est sorti il y a déjà quelques mois et continue de faire parler de lui. A l’occasion de sa présentation à Berlin le 7 novembre prochain, Thomas Piketty sera ainsi reçu par le Vice-chancelier et ministre de l’économie Sigmar Gabriel pour débattre sur la question sociale en Europe. Une intervention qui ne manquera pas d’alimenter les débats alors que le Courrier International note qu’une « étude de l’Institut des sciences économiques et sociales de la fondation Hans Böckler soulignait récemment que la pauvreté, d’une part, la richesse, d’autre part, ont considérablement augmenté au cours des deux dernières décennies ».

Esther Duflo, Barack Obama et la question sociale

Après les polémiques suite à sa nomination aux côtés de Barack Obama, Esther Duflo continue de faire briller son intelligence au sein du Comité pour le développement mondial de la Maison Blanche. Déjà connue outre-Atlantique pour ses travaux sur la lutte contre la pauvreté avec certaines ONG et le Massachusetts Institute of Technology, elle est en train de se bâtir une solide réputation en France. Peut-être pour un retour prochainement ? Lors de la campagne 2012, elle avait confié à Télérama : « qu’un homme politique français déclare qu’il se penchera d’abord sur la pauvreté de ses concitoyens, c’est peut-être sous-entendu par son mandat, mais je ne peux pas me lancer dans ces distinctions : j’agis partout où je pense que mon action peut être utile ».

Christophe Mazurier développe les partenariats internationaux au Crédit Mutuel  

Autre figure française respectée aux Etats-Unis et qui partage également cette philosophie d’ouverture, Christophe Mazurier, le président du CIC Private Banking. Christophe Mazurier a œuvré au développement international du groupe français et n’a cessé d’encourager l’ouverture vers de nouveaux horizons (Bahamas, Dubaï…). Avec l’expérience acquise au cours de sa carrière à New York, Paris ou Dubaï, il s’est forgé une solide expérience du marché global et des logiques d’alliance, à l’instar de l’ambassadeur américain en charge de l’accord transatlantique, Michael Punke.

Jean Tirole récompensé par un prix Nobel, et la France ?

Déjà professeur à Polytechnique et récompensé par le CNRS, Jean Tirole est le 3e Français à recevoir le prix Nobel d’économie après Gérard Debreu en 1983 et Maurice Allais en 1988. Paradoxalement, la France rencontre d’importantes difficultés économiques – le FMI divise par 2 la croissance pour 2014, à 0,4% – alors que ses experts ont rarement été autant écoutés. C’est le paradoxe inverse qui a dû surprendre nos partenaires européens, à savoir la nomination du socialiste Pierre Moscovici au portefeuille de l’économie, au sein de la commission de Jean-Claude Juncker. L’ancien ministre socialiste, qui s’est réjoui de ce prix français, serait-il prêt à suivre les recommandations du chercheur et à proposer la suppression des CDI ?

Rien n’est moins sûr. La France reste le pays de la politique politicienne, même quand il s’agit de politique économique.