Actualités

La barre tristement symbolique des 10% de chômeurs en France vient d’être atteinte au troisième trimestre 2016.  

Un record qui ne fait ni les affaires des Français ni celui du gouvernement bien incapable d’enrayer la courbe du chômage. Car après une petite accalmie à la mi-2016 qui avait vu le taux de chômage à son plus bas niveau depuis 2012, la fin de l’année s’annonce bien plus complexe : 9,7% de chômeurs en France métropolitaine, et 10% en comptant l’outre-mer. L’INSEE a fait ses comptes et pour ce troisième trimestre 2016 la Franc comptabilise 2,805 millions de sans-emplois, soit 31 000 de plus sur le trimestre.

Les jeunes et les seniors à la hausse

Les deux catégories de Français les plus touchés par cette hausse sont une fois n’est pas coutume les jeunes actifs à +1,2% et les seniors avec une hausse de +0,5%. Ce qui est des plus regrettables est que le pourcentage des jeunes actifs au chômage dépasse à présent les 25%, signe d’une économie dans l’incapacité chronique et pathétique d’embaucher les jeunes. A titre de comparaison, l’Espagne qui subit un revers économique majeur totalise également 25% de jeunes actifs au chômage. Une fois n’est pas coutume non plus, c’est donc la classe d’âge intermédiaire de 25-49 ans qui est le moins touché par le phénomène.

Des chiffres qui démontrent par les faits que les politiques lancées par le gouvernement n’ont rien donner de notable sur l’ensemble du quinquennat. François Hollande va donc devoir tordre la réalité dans tous les sens s’il souhaite se représenter en 2017, lui qui avait conditionné son entrée en campagne par l’inversion de la courbe du chômage. Attention, tour de passe-passe en vue !