chrétiens, gaza, israël
Coup de gueuleInternational

Le gouvernement de Tel-Aviv a décidé d’interdire aux chrétiens de la bande de Gaza de se rendre à Jérusalem, Nazareth et Bethléem pour célébrer Noël. Une décision immédiatement condamnée par les dirigeants catholiques en Israël et en Cisjordanie.

100 demandes acceptées

Sur les 1 200 chrétiens vivant à Gaza (2 millions d’habitants), 951 ont déposé une demande pour pouvoir accéder à ces lieux saints, et alors que 700 permis avaient été délivrés l’an dernier, il n’y en a eu que 100 cette année. « Le responsable des activités pour les territoires occupés, le général Kamil Abu Rokon, n’a accordé que 100 autorisations, limitées aux adultes âgés de 45 ans et plus. Les 100 chanceux ne pourront aller en Cisjordanie où se trouvent l’ensemble des lieux saints chrétiens (Jérusalem, Nazareth, Bethléem). Ils ne peuvent emprunter que le pont Allenby, sur le Jourdain. C’est un exemple classique d’occupation », a dénoncé le quotidien israélien de gauche Haaretz.

Raison sécuritaire

Cette restriction, qui interdit aux Gazaouis l’accès aux villes d’Israël ou de Cisjordanie, et ne leur permet de ne voyager que vers la Jordanie, illustre parfaitement la politique menée par Tel-Aviv depuis plusieurs années, qui consiste à couper toute connexion entre Gaza et la Cisjordanie.

En définissant Gaza comme une « entité hostile », l’Etat hébreu s’autorise à prendre des « mesures sécuritaires » qui lui permettent de contrôler l’espace aérien, terrestre et maritime de l’enclave, et surtout de priver les Palestiniens de leur liberté et de leurs droits.

Soutien de la CPI

Vendredi 20 décembre, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a apporté son soutien aux Palestiniens en estimant que la Cour était compétente pour enquêter sur les crimes de guerre commis par Israël en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. « La viabilité de la Palestine en tant qu’État et l’exercice du droit du peuple palestinien à l’autodétermination ont été considérablement compromis par l’expansion des colonies et la construction de la barrière » a déclaré la procureure.