Coup de coeur

A Lille se tient le 100e congrès international de l’espéranto, ça ne vous dit peut-être rien et pourtant l’espéranto est une langue à vocation internationale complètement inventée et planifiée en 1887 dont les estimations portent le nombre d’usagers entre 500 000 et 2 millions.

Ludwik Zamenhof, voulait créer une langue universelle qui n’appartiendrait à aucune nation. L’espéranto est construit majoritairement sur la base des langues européennes  déjà établies. Son lexique suit un critère simple, il prend le plus petit dénominateur commun entre les langues existantes et il n’y a pas d’exceptions.

L’espéranto est le seul exemple de langue planifiée qui soit devenue une langue de foyer. Certains couples parlant espéranto élèvent leurs enfants dans cette langue. Bien sûr, il n’est pas devenu une langue majoritaire à l’international ou en diplomatie, mais il a atteint un seuil critique de gens qui le parlent de façon réelle. Ce seuil franchi,  la langue existe de fait et on ne peut plus en changer les règles arbitrairement.

Pour avoir un succès mondial et atteindre son but de langue universelle favorisant la compréhension entre tous, il faudrait l’enseigner et la promouvoir. L’Europe pourrait le faire, sauf que les langues officielles de la Communauté européenne sont choisies par les États membres, qui poussent les langues nationales. Il faut en plus ajouter à cela que les langues déjà en position de force ont été boostées par l’arrivée d’Internet et la globalisation économique. Cette langue survie donc naturellement et sans aide et c’est déjà une performance.

Crédit photo : Gideon

 

Coup de gueulePolitique

Du 23 au 26 juin 2015 s’est tenu le troisième congrès scientifique de la Fondation de Recherche ELA (l’Association Européenne contre les Leucodystrophies), à l’Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière de Paris. Ce congrès dont les thèmes abordés portaient sur les progrès dans la compréhension des mécanismes moléculaires, dans le diagnostic et la prise en charge des leucodystrophies, aura également été l’occasion pour l’association de saluer les nombreux travaux de recherche entrepris ces dernières années.

Le troisième congrès scientifique de la Fondation ELA a une nouvelle fois rassemblé les meilleurs spécialistes internationaux des leucodystrophies et de la réparation de la myéline (plus de 30 chercheurs et scientifiques) afin de faire le point sur l’avancement de la recherche dans ce domaine. Les jeunes scientifiques ont pu présenter leurs travaux et échanger avec les experts présents lors des deux tables rondes organisées pour l’occasion. Une première destinée aux jeunes chercheurs et cliniciens sur le thème “Qu’est-ce qu’une Leucodystrophie” et une deuxième sur le thème de “l’Optimisation des données cliniques d’une biobanque et données omiques”.

L’association avait par ailleurs invité la communauté scientifique internationale au début du mois de juin à soumettre des projets de recherche innovants dans le domaine des leucodystrophies et de la réparation de la myéline. Une façon de promouvoir une meilleure connaissance des leucodystrophies dans le monde et le développement de thérapies prometteuses. Les leucodystrophies désignent ici un groupe de maladies génétiques orphelines qui détruisent le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) des enfants et des adultes. Elles affectent la myéline, substance blanche qui enveloppe les nerfs à la manière d’une gaine électrique.

Outre la recherche médicale, l’association ELA mène également chaque année plusieurs campagnes nationales de sensibilisation afin de rassembler le plus grand nombre et de inciter aux dons. Elle mobilise de nombreux établissements scolaires lors de la semaine annuelle “Mets tes baskets et bats la maladie” lors de laquelle les élèves prêtent leurs jambes à leurs camarades malades dans le cadre d’événements sportifs et solidaires. Chaque établissement doit alors chercher des parrains financiers qui acceptent de sponsoriser leur action au profit d’ELA. L’argent collecté est destiné au financement de la recherche médicale et à l’accompagnement des familles touchées par une leucodystrophie.

Cette initiative est parrainée par le ministère de l’Education nationale et relayée désormais dans plusieurs entreprises dont EDF Réunion qui a remis au début du moins de juillet un chèque de près de 6000 euros à Jackson Richardson, parrain d’ELA, et Jean-Jacques Charolais, délégué régional de l’association. L’opération “Mets tes baskets dans l’entreprise”, organisée le 22 mai dernier, avait réuni plus de 300 agents EDF lors d’une journée sportive afin de supporter l’association ELA dans son combat.

Pour rappel, l’association ELA, créée en 1992, a été reconnue d’utilité publique en 1996. Elle regroupe les familles concernées par les leucodystrophies, avec pour objectifs de financer la recherche, d’aider les familles au quotidien, de sensibiliser l’opinion, ou encore de développer son action à l’international. Pour ses actions, ELA utilise le sport comme vecteur de sensibilisation, faisant appel à de grands sportifs pour faire passer ses messages comme Zinedine Zidane ou Muriel Hurtis.

Crédits photo : ELA

Coup de gueulePolitique

C’est dans un climat d’incompréhension que s’est ouvert le 48e congrès de la CFDT ce lundi 2 juin à Marseille. Si cet évènement célèbre les 50 de la CFDT déconfessionnalisée née en 1964, il est pour beaucoup l’occasion de tenter de comprendre les résultats des récentes élections européennes et de dépasser les clivages au sein de l’organisation syndicale.

En effet, plus de  2.500 délégués et cadres se sont réunis ce lundi au parc Chanot à Marseille, pour évoquer ensemble les différents réformes du gouvernement agréées par le syndicat comme le pacte de responsabilité. Car si le positionnement de la direction en faveur du pacte de responsabilité “est validé” au sein de la CFDT, a assure le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, il reconnaît toutefois une “interrogation” et des “zones de doutes” à propos de la “volonté du patronat à assumer ses engagements” et appelle le gouvernement à stopper les aides aux entreprises si les engagements ne sont pas tenus.

De plus, comme nous l’indique Laurent Berger, les militants arrivent au Congrès “forcément sonnés” par le résultat des élections européennes que le syndicaliste impute particulièrement au «manque de visibilité des résultats» sur le front de l’emploi et des inégalités.

Mais le secrétaire général, qui devrait être réélu à sa succession, devra surtout essayer lors de cette semaine de débats et d’échange, de remobiliser ces troupes au sein desquelles quelques dissensions sont apparus ces derniers mois. La signature de l’accord Mory Ducros avait notamment été très critiqué par la base du syndicat, pour laquelle la direction serait trop proche du pouvoir en place.