Coup de gueule

Sous pression depuis un bout de temps maintenant, l’Agence France Presse reste en perpétuelle menace de grève. En effet, le début des premiers mouvements de grève fut il y a à peine une semaine. Les syndicats ne comptent cependant pas lâcher prise et avec une grande majorité ont fini par voter ce 15 juillet une journée entière de grève.

Les grèves ont commencé suite à l’annonce du PDG de l’AFP qui souhaitait dénoncer tous les accords sociaux en vigueur au sein de la société lors d’un comité d’entreprise extraordinaire. Le but de ces mouvements de grève est donc de demander aux dirigeants de ne pas faire de dénonciation.

Les différents syndicats sont eux-mêmes divisés sur le sujet. En effet, le SNJ ou Syndicat National des Journaliste et le CFDT ou Confédération Française Démocratique du Travail souhaitent une renonciation à la dénonciation des accords sociaux et à une reprise de dialogue quand le CGC, SUD, FO et CGT ne souhaitent tout simplement pas participer aux futurs débats. Tous les syndicats ont pourtant une chose en commun, ils ne veulent aucune dénonciation des accords et comptent bien intervenir jeudi matin lors du Comité d’entreprise en question cette action étant perçue comme une déclaration de guerre à tous les salariés de la société.

 

Crédit photo: Wikimedia, photo by KoS