constitution, Russie
International

Mardi 10 et mercredi 11 mars, les députés de la Douma (Chambre basse) ont étudié en deuxième et troisième lectures le projet d’amendements de la Constitution de 1993 promise par Vladimir Poutine le 15  janvier dernier. Le texte a été soumis, dans le même temps, au Conseil de la Fédération (Chambre haute), et il sera étudié en fin de semaine par les parlements régionaux. A l’issue de cette phase de discussion, un référendum sera organisé, le 22 avril.

Poutine prépare son avenir

Pour la directrice du centre Russie-NEI à l’Ifri, Tatiana Kastouéva-Jean, par cette réforme, le président russe veut « assurer non seulement sa propre position après 2024, mais aussi la stabilité du système. Vladimir Poutine tente un rééquilibrage entre les différents centres du pouvoir ».

Et face à ceux qui s’inquiètent qu’il puisse vouloir rester au pouvoir, Vladimir Poutine se veut rassurant. « Ce n’est pas que je ne veuille pas. J’aime mon travail. Mais se décider à mettre en place une sorte de schéma de pouvoir qui serait inacceptable pour le pays ou pourrait le détruire, juste pour garder ses pouvoirs, c’est ce dont j’ai peur et c’est ce que je n’ai pas envie de faire », a fait savoir le président russe lundi. 

Selon le quotidien économique  Vedomosti, Vladimir Poutine n’aurait pas non plus l’intention de prendre la présidence du Conseil d’État à la fin de son mandat. L’avis général est que le président sortant chercherait avant tout à organiser un processus de transition qui lui soit favorable, pour sécuriser au mieux son avenir.

Dieu fait son retour

Mais l’élément le plus marquant de cette réforme est la mention de Dieu dans un des articles de la constitution, alors que le texte faisait jusqu’alors de la Russie « un État laïc »,  multiethnique et multiconfessionnel. 

Plus de tout cela donc, puisque la Constitution prend désormais pleinement le parti de «  Dieu  » :  « La Fédération de Russie est unie par mille ans d’histoire et par le testament que représente la mémoire de nos ancêtres qui nous ont transmis nos idéaux et la foi en Dieu comme la continuité du développement de l’État russe. »

Mais ironiquement, le texte stipule également que la Russie est la digne héritière de l’URSS, un régime pourtant profondément anticlérical. « Cela représente une nette contradiction mais que Vladimir Poutine entretient depuis plusieurs années. Et ce passage résume sa stratégie politique de s’adresser à toutes les tendances de la société russe et de les agréger : nostalgiques de l’Union soviétique, défenseurs du tsarisme et fidèles de l’Église orthodoxe », explique l’historien Naum Kleiman.

EconomiePolitique

assemble.jpg

À sa grande déception, le projet phare du président de la République français a été censuré jeudi par le Conseil constitutionnel.

Pour les juges, les sanctions prévues pour les entrepreneurs qui ne disent pas « oui » à une offre de reprise sérieuse ne sont pas conformes à la Constitution existante. Les pénalités prévues dans cette nouvelle loi représentent une somme vingt fois la valeur d’un SMIC par emploi supprimé sur un mois. Pour le Conseil constitutionnel, la loi Florange est quelque part une atteinte à la liberté d’entreprendre et au droit de propriété.

En tout, 188 députés ont contesté les trois articles présents dans la proposition de loi du 24 février. Des lois qui ne sont pas analogues à la Constitution. Pour François Hollande, cette censure est difficile à assumer. De plus, cette décision a des impacts négatifs sur la réalisation des promesses que le président a effectuée lors de sa campagne présidentielle. photp: wikipedia