Coup de coeurPolitique

Nous avons appris, ce que l’on savait hélas inéluctable, c’est-à-dire le décès de Claude Cabanes à l’âge de 79 ans des suites d’un cancer. L’ancien rédacteur en chef de l’humanité est mort le mardi 25 août.

Né en 1936 (prophétique) à Toulouse, Fils d’un chef d’ État-major des FTP (francs-tireurs partisans), il devient licencié en Droit. Claude Cabanes avait adhéré au PCF en 1962 au lendemain de la guerre d’Algérie, il était devenu rédacteur pour l’Humanité Dimanche, chef du service culturel en 1973, chef du service politique en 1975 puis rédacteur en chef adjoint en 1976. Deux ans plus tard, il assume les mêmes fonctions au quotidien l’Humanité, avant d’être nommé fin 1981, chef du service culturel des deux publications du PCF. Il deviendra en 1984, rédacteur en chef du journal. Il en est écarté à la fin 2000, au moment où le collège exécutif du PCF décide un plan de restructuration du journal, suite à de sérieuses difficultés financières.

Maniant une redoutable plume militante, totalement au service du parti, ce dévouement durable, plutôt rare par les temps qui court, a souvent valu à Claude Cabanes d’être qualifié de sectaire par ses détracteurs. Passionné par les mots et l’écrit en général, il était devenu éditorialiste et chroniqueur, il défendait aussi ses idées dans plusieurs médias, dont RTL ces dernières années, au sein de “On refait le monde”.

Crédit photo : créperie1

 

Coup de coeur

Marcel Rigout, ancien ministre communiste du gouvernement de Pierre Mauroy sous la présidence de François Mitterrand, est décédé ce samedi 23 août 2014 à l’âge de 86 ans. Député de Haute-Vienne, cet ancien ouvrier métallurgiste était entré au gouvernement Mauroy en 1981.

C’est le parti qu’il avait lui même créé, l’Alternative démocratie socialisme (ADS) qui a annoncé le décès de Marcel Giroud au CHU de Limoges. Né le 10 mai 1928 à Verneuil-sur-Vienne (Haute-Vienne), et engagé dans la résistance à seulement 15 ans, Marcel Rigout avait adhéré au PCF en février 1944, devenant en 1956 secrétaire fédéral du Parti en Haute-Vienne, puis directeur du quotidien communiste «L’Echo du Centre».

Elu par la suite député de Haute-Vienne à plusieurs reprises entre 1967 et 1988, il entrera au gouvernement Mauroy en 1981 comme l’un des quatre ministres communistes, suite à l’élection de François Mitterrand. Période durant laquelle il s’occupera de la formation professionnelle et mettra en place le plan Rigout permettant à des jeunes non diplômés de suivre des stages de formation en alternance. Il quittera le gouvernement en 1984 comme ses trois collègues communistes.

En 1992 il avait fondé, avec des dissidents du PCF, rénovateurs pour la plupart, Alternative Démocratie Socialisme. Le parti avait apporté son soutien à Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche pour la présidentielle 2012.

Crédits photo : Jacques PAILLETTE