Politique

Le militant d’extrême droite Dieudonné M’bala M’bala va être jugé à Chartres pour des propos antisémites remontant à 2017

Dieudonné aurait tenu ces propos lors du Bal des quenelles à Saint-Lubin-de-la-Haye. Cette nouvelle poursuite judiciaire est peu surprenante pour ce pseudo-humoriste et antisémite notoire. L’homme avait déjà été condamné pour violences envers un huissier de justice. Le 5 juillet 2019 il a aussi été condamné à trois ans de prison dont deux fermes pour fraude fiscale, abus de biens sociaux et blanchiment d’argent.

En finir avec l’antisémitisme

Lors de ce Bal des Quenelles le militant aurait fait allusion au « gang des pyjamas de Cracovie » ; une insulte antisémite transparente envers les déportés juifs. Dieudonné sera défendu par Maître Isabelle Coutant-Peyre. Cette dernière est une ancienne collaboratrice de l’avocat Jacques Vergès. Elle est notamment connu pour sa défense du terroriste Carlos. Ce dernier a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, pour l’attentat contre le drugstore Publicis, à Paris, en 1974. L’attaque avait fait deux morts et 34 blessés. L’avocate a épousé Carlos en prison.

Il est agréable de voir que les médias dominants semblent avoir cessé de considérer Dieudonné comme un humoriste. Pendant des années ce dernier a caché son militantisme d’extrême droite derrière le voile de l’humour. Aujourd’hui la page semble avoir été définitivement tournée et la complaisance a pris fin. Malheureusement l’individu réussi encore à se produire dans des salles lorsque des mairies complaisantes ou laxistes choisissent de laisser faire. Il y a donc encore des efforts à faire pour chasser cet individu de l’espace public.

Politique

Ouverture d’une enquête pour incitation à la haine sur Dieudonné

Dieudonné ne cesse de faire couler de l’encre. Il faut reconnaître que la vanne lâchée par l’ex-Humoriste a été de très mauvais goût. Pour rappel, l’ex-humoriste s’en est pris au journaliste de France Inter en faisant une allusion très mesquine sur les chambres à gaz. La vanne est en passe de rester dans les annales juridiques qui ont impliqué l’ex-humoriste.

Lundi, le parquet de Paris a ouvert une enquête sur les propos antisémites de Dieudonné avec en prime « incitation à la haine ». Il faut noter que ce n’est pas la première fois que Dieudonné attaque Patrick Cohen, et que ce n’est pas la première fois qu’il évoque des propos racistes à l’encontre du journaliste. L’avocat de Cohen estime que Dieudonné devrait subir une condamnation financière assez lourde, car « c’est la seule chose qui inquiète vraiment ».

Dieudonné est dans le collimateur des organes étatiques. L’on prévoit d’interdire tous ses spectacles sur tout le territoire. Les récentes déclarations du ministre de l’Intérieur Manuel Valls l’ont démontré, il n’y a pas de place pour le racisme et l’incitation à la haine sur le territoire. Pou rappel, François Hollande a apporté son soutien au ministre depuis Ryad.

Politique

La Cour d’Appel du tribunal correctionnel de Paris vient de confirmer la condamnation de Monsieur Dieudonné M’BALA M’BALA à 10.000 euros d’amende et à publier le dispositif du jugement dans deux grands quotidiens pour injure raciale. Il doit également reverser 4000€ d’article 475-1 au titre des frais de justice aux huit organisations parties civiles, qui se cumulent avec les 8000€ d’article 475-1 en première instance.

SOS Racisme se félicite de cette condamnation à l’encontre de Dieudonné qui ne fait plus rire personne depuis qu’il a transformé ses spectacles en tribunes politiques antisémites.

Ce dernier a fait depuis plusieurs années de sa spécialité la dénonciation paranoïaque et systématique des Juifs. Le 26 décembre 2008, lors de son spectacle au Zénith, Dieudonné a atteint le summum de sa haine en faisant remettre à Robert Faurisson, chantre du négationnisme dont les théories consistent à contester l’existence des chambres à gaz et la réalité de la Shoah, « le prix de l’infréquentabilité et de l’insolence », par un acteur déguisé en déporté juif.

Par cette décision les juges protègent et renforcent la liberté d’expression des manipulations qui sont faites par toute une série d’individus racistes et/ou antisémites, qui souhaitent déverser leurs haines en toute impunité. La Cour d’Appel vient leur rappeler une nouvelle fois que la liberté d’expression n’est pas la liberté d’inciter à la haine raciale.

source article : http://www.sos-racisme.org