Elisabeth Borne, France, entretien infrastructures, Ecotaxe
Politique

En réponse au drame qui s’est joué cet été à Gènes en Italie, la ministre des Transports a fait savoir que la France allait consacrer 13,5 milliards d’euros à l’entretien des infrastructures. L’Ecotaxe est remis sur la table.

L’enveloppe annoncée par Elisabeth Borne sera en réalité budgétisée sur l’ensemble du quinquennat. Les ponts et les routes de France seront remis en état, un rapport récent démontrant que la moitié du réseau routier nécessitait des travaux de réfection. Mais où trouver l’argent en cette période de restriction budgétaire ? Car de tels investissements correspondent à une hausse de 46 % de l’enveloppe actuelle.

Deux pistes ont été dévoilées par la ministre. La première source de ce budget proviendrait d’un redéploiement des crédits, sans qu’Elisabeth Borne ait donné plus d’informations à ce sujet. La deuxième consisterait en la création d’une nouvelle source de recettes. Là encore, la ministre s’est montrée des plus floues, n’apportant aucune précision particulière. L’Ecotaxe pourrait alors faire son retour, mais sous la forme d’une vignette apposée sur les pare-brise. Autre piste : augmenter une fois de plus le prix du carburant.

Mais une chose est sûre : l’entretien des autoroutes ne serait pas supporté par les groupes privés qui les exploitent commercialement. Les contribuables français seront encore mis à contribution.