Foix, CGT, expulsion
Coup de gueule

Lundi 4 novembre à 7h35, quinze policiers et deux huissiers, escortés de déménageurs, ont fait irruption au siège de l’union locale CGT de Foix (Ariège) pour en expulser les occupants. Depuis une semaine le syndicat, privé de local, ne peut donc plus exercer son activité. Cet épisode est le dernier d’une longue liste dans le conflit qui oppose la CGT au maire PS de la ville, monsieur Norbert Meler.

Réaffectation du bâtiment

La mairie et la communauté d’agglomération ont d’autres ambitions pour l’immeuble, qui abrita le local syndical pendant plus de 40 ans. Mais les ambitions en questions ne sont pas très claires, et ont énormément changé en cinq ans, allant du projet d’appartements haut de gamme, à l’hypothèse de foyers-logements pour personnes âgées.

La CGT, elle, n’a jamais refusé de s’installer ailleurs, exigeant seulement que les nouveaux locaux mis à sa disposition soient adaptés à une activité syndicale. Or, ce n’est pas le cas de la maison des associations que la Mairie a octroyé au syndicat. « Ce lieu proposé par le maire est trop petit et n’assure pas la confidentialité pour les salariés qui viennent à nos permanences juridiques », regrette Maryse Gomez, pour qui « le maire fait preuve d’acharnement à l’encontre de la CGT ».

Plus légale que morale

La procédure d’expulsion s’est faite dans les règles. En effet, la cour d’appel de Toulouse avait ordonné à la CGT de quitter les lieux le 17 octobre dernier, mais les militants ont décidé d’ignorer l’arrêt, et de déposer un recours auprès de la cour de cassation. Mais ce recours n’est, hélas, pas suspensif, et la préfète a pu autoriser, à la demande du maire, l’expulsion du syndicat.

Mais légale ou non, cette procédure prive désormais les salariés qui auraient un problème avec leur employeur des permanences juridiques de la CGT, qui apportaient aide et conseils à ceux qui en avaient besoin. « La CGT continue de se battre, tente tout de même de rassurer Maryse Gomez. On va nous voir et nous entendre ! »

Politique

Une usine de fabrication de pièces automobiles a explosé et a provoqué la mort de 69 morts et près de 150 blessés dans l’est de la Chine. L’usine travaille pour le compte des plus grands constructeurs américains comme Général Motors.

L’explosion est survenue vers 07h30 local à Kunshan. La ville se trouve à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Shanghai, rapporte l’agence de presse Chine nouvelle. Selon les enquêtes, l’explosion fait suite à un manquement de la règle de sécurité. Un feu s’est déclaré dans une salle brulant les particules en suspension. Le président XI Jimping a exigé une enquête pour déterminer les véritables de cette explosion qui est la plus grave suite à l’incendie d’un abattoir de volaille faisant 120 morts en 2013. Deux cadres de l’entreprise Kunshan Zhongrong Metal ont été en garde à vue, indique la presse Chine nouvelle.