EconomiePolitique

Le FMI a solennellement appelé la France à faire un réel effort budgétaire pour réduire le poids de sa dette.

Le Fonds Monétaires International s’inquiète officiellement de la mauvaise gestion des comptes publics de la France. L’organisme a appelé le pays à “procéder à un effort budgétaire structurel ambitieux” afin de réduire sa dette qu’il juge à la fois “trop élevée et sujette à inquiétude”. Le FMI explique que “S’il n’existe pas de risque immédiat, car le niveau actuellement bas des taux d’intérêt suggère qu’une dette plus élevée peut être tenable au stade actuel, le niveau élevé de la dette n’offre guère de quiétude”

L’une des raisons avancées par l’organisme tient dans le fait que les prévisions de croissance de l’économie hexagonale, de l’ordre de 1,3%, ne sont pas de nature à pouvoir éponger la dette. Le FMI tire la sonnette d’alarme en arguant que “les risques extérieurs ont augmenté, et les problèmes structurels persistent”. D’autant que le chômage reste encore important et la dette publique et privée élevées.

Le FMI souhaite que la France taille dans les budgets publics, surtout pour compenser les mesures d’allègement fiscal accordées en avril dernier. Mais bien entendu, le FMI souhaiterait surtout que la France réduise le nombre de fonctionnaires, qu’elle diminue les coûts liés à la santé ou encore ceux des prestations sociales.

Selon les derniers chiffres de Bercy, le déficit public devrait ainsi atteindre 3,1% du PIB cette année, puis 1,2% en 2022. La dette publique devrait quant à elle passer de 98,4% en 2018 à 96,8% en 2022, soit une baisse de 1,6 point de PIB, alors que l’exécutif promettait jusque-là une baisse de cinq points.