Politique

Il y a quelques jours, le dernier otage français dans le monde avait enfin été libéré suite à de nombreuses interventions et discussions entre les dirigeants des différents pays concernés. Captif avec d’autres compatriotes, Serge Lazarevic a été le dernier libéré quand d’autres ont péri. Ainsi, mercredi dernier, il a foulé pour la première fois depuis trois ans le sol français.

Enlevé le 24 novembre 2011, c’est à l’aéroport de Villacoublay que l’avion qui a transporté Serge Lazarevic s’est posé mercredi très tôt le matin, vers 7 h 45. Le Président de la République française, François Hollande est venu l’accueillir avec sa famille pour lui souhaiter bon retour. Après le calvaire de trois ans que ce dernier otage a enduré, il était tout à fait aux anges de se retrouver enfin en France.

Il a ainsi tenu à remercier tous ceux qui ont contribué à sa libération et à son retour en France. Dans un discours prononcé à cette occasion par le Président, il a ainsi tenu à mettre en grade les Français sur le fait de rester vigilant. En effet, il invite chaque personne à éviter de se rendre dans des endroits où ils pourraient faire l’objet d’un enlèvement quand ils se retrouvent dans les zones à risques.

Politique

François Hollande a annoncé la mise en place de différentes mesures lors de son discours de clôture de la troisième édition de la Conférence nationale du handicap ce jeudi 11 décembre. Dès à présent, ce rendez-vous aura lieu tous les ans et non plus tous les 3 ans. Malgré cette annonce, les associations ne semblent pas convaincus par le bilan de la réunion.

Pour le chef de l’Etat, “la politique du handicap est plus qu’une politique (…), c’est une ambition pour une société qui se grandit à mesure qu’elle se révèle accueillante, innovante et bienveillante.” C’est pourquoi il a expliqué par la suite que “cette ambition-là, je veux qu’elle soit portée par la conférence chaque année et pas simplement tous les trois ans”, pour pouvoir faire le bilan des actions menées et établir la liste des nouvelles mesures de manière plus efficace.

Cependant, les partenaires sociaux, les associations, les établissements d’accueil et autres services départementaux présents à cette conférence s’avouent plutôt déçus de cette édition 2015 comme par exemple la Fnath, association des accidentés de la vie : “au final, il n’en ressort que peu de mesures concrètes pour les personnes handicapées, qui attendent depuis des décennies que leur quotidien évolue”, a-t-elle déploré, parlant d'”une impression de déjà-vu”. Par ailleurs, la veille de la conférence, plusieurs associations avaient saisi le Conseil de l’Etat à cause des nouveaux délais “inacceptables” récemment rallongé de 3 à 9 ans pour rendre accessible les lieux publics et les transports aux personnes handicapées.

Parmi les mesures annoncées, François Hollande a abordé l’accessibilité aux compétitions de l’Euro 2015 et 2016 de basket et de football pour les personnes à mobilité réduite, ainsi que l’accessibilité numérique, notamment pour que chaque citoyen puisse se renseigner et accéder au même contenu de “propagande électorale” pour les élections de 2017. Mais la mesure la plus importante reste relative à l’éducation. Le Président a déclaré que plus de 4.000 places seraient créées chaque année dans les établissements spécialisés et qu’au moins “une unité supplémentaire d’enseignement en milieu ordinaire sera ouverte dans chaque département”, leur nombre étant “ainsi porté de 200 à 300”. Enfin, des efforts seront fait par les Universités pour accueillir les étudiants en situation de handicap, “d’ici trois ans, la totalité des universités devra avoir adopté un schéma directeur handicap”, alors qu’elles ne sont que 10% à l’heure actuelle.

Crédits photo : Remi Jouan

Politique

L’optimisme inconditionné de François Hollande semble disparaître. Oui, le président français a un coup de blues.

Il a toujours su garder un regard optimiste en se persuadant que demain sera meilleur qu’aujourd’hui. Mais depuis quelque temps, il semble perdre confiance et son optimisme. Il paraîtra qu’il a fini par accepter le fait que les choses ne s’arrangeront pas d’elles-mêmes. Son acte de foi un peu « radosc » qui s’apparente très bien à sa tempérance. Il n’a jamais cessé de croire aux cycles économiques, une attitude d’utiliser le bon pour chasser le mauvais, un enseignement qu’il a reçu aux Sciences Po et qui consiste à espérer un retour naturel à la croissance. Il est au pouvoir depuis deux et demi, et aucune amélioration n’a été décelée. Les perspectives deviennent de plus en plus sombres pour la France. Il n’est plus question de croire que tout va bien et de ne rien voir de la réalité. Il n’est plus question de citer l’incantation « la croissance n’est pas loin, la croissance est là ». Le nouveau Hollande est apparue en mois de juillet pendant un dîner avec la presse présidentielle. Il était morose et semble perdre son bon vivant habituel.

Politique

Après la sanction de niveau 1 lancé à l’encontre de la Russie de Poutine, d’autres pénalisations plus dures encore attendent le pays. Ensemble, Barack Obama, François Hollande, Angela Merkel, David Cameron et Matteo Renzi décident de prendre cette décision à cause de la tournure de la situation actuelle en Ukraine.

Pour les puissances occidentales, le meilleur moyen de protéger l’Ukraine serait le blocage des avoirs des hautes personnalités de la Russie. Parmi ceux-là, il est possible de citer les biens du chef du FSB, Alexandre Bortnikov, celui du chef des services du renseignement extérieur, Mikhaïl Fradkov. Pour ces hommes politiques, l’interdiction de s’introduire dans les frontières des pays membres de l’Union européenne est aussi à prévoir.

L’ensemble de ces stratégies fera surement reculer tous ceux qui envisagent de faire des investissements en Russie durant les années à venir. D’ailleurs, en ce moment, même les capitalistes russes ne sont plus très à l’aise dans leurs propres nations.

Politique

Après les longues réunions de ce mois de juillet, les ministres et quelques politiciens importants vont pouvoir s’attribuer quelques jours de répits et de vacances.

Le repos gouvernemental commencera le 4 aout et prendra fin le 18 aout prochain. Pour ces politiciens, le choix est partagé entre vacances en mer, repos à la campagne et détente en famille. Si l’année dernière, François Hollande a demandé à ses ministres de rester à « grande disposition » durant la pause estivale, cette fois il change de discours. Le repos total est fortement recommandé pour tout le monde à condition de rester joignable en cas de besoin. Il ne faut pas non plus se retrouver trop loin de la capitale. En cas d’urgence, il faut se retrouver à Paris aux maximum deux heures et demie après la demande.

Pour chaque membre du gouvernement, le programme est déjà bien défini. Ségolène s’expédiera par exemple à Poitou-Charentes pour profiter de quelques spectacles des Nuits romanes pendant que François Rebsamen se retrouvera au bord de la Méditerranée française.

Coup de gueule

Le président François Hollande a annoncé ce vendredi 25 juillet, le déblocage par la France de 11 millions d’euros d’aide humanitaire à destination de Gaza. Cette aide devrait être répartie entre l’Autorité palestinienne, les Nations Unis et plusieurs organisations non gouvernementales.

Ainsi, après s’être entretenu avec plusieurs ONG à l’Élysée, le président français a annoncé une aide de 11 millions d’euros pour l’aide humanitaire à Gaza. D’après le communiqué du gouvernement, les représentants des ONG auraient fait part au chef de l’Etat de «la gravité de la situation, de l’ampleur des besoins humanitaires de la population civile palestinienne et de la difficulté pour les humanitaires d’accéder aux victimes» sur le territoire de Gaza.

François Hollande a ajouté quant à lui que cette aide financière s’inscrivait  “dans le cadre d’un engagement constant de la France aux côtés de l’Autorité palestinienne”.

Depuis le 8 juillet dernier, le conflit israélo-palestinien sur Gaza a déjà fait plus de 700 morts palestiniens et de nombreux blessés, en majorité dans la population civile. Les israéliens comptent quant à eux plus de 43 morts, pour la plupart des militaires. Les pertes les plus lourdes enregistrées par l’armée israélienne depuis sa guerre contre le Hezbollah libanais en 2006.

Crédits photo : ISM Palestine

Politique

Discuter au sein de l’Assemblée nationale, la réforme territoriale doit bientôt se faire en France. Les députés doivent trouver des idées pour que cette démarche puisse se faire comme il se doit. Un défi qu’ils doivent relever avant le 23 juillet, date prévue pour le vote de la nouvelle carte de France.

Pour l’Assemblée nationale, la journée du mardi 15 juillet est importante. Lors de la réunion, les députés auront la rude tâche de dessiner une carte consensuelle des régions françaises. L’exercice aura pour but de réaliser le projet du président français. Depuis un certain temps, François Hollande rêve d’une nouvelle architecture du territoire français. Une idée que la majorité des députés de droite et de gauche ne partagent pas.

Il faut rappeler que dans un premier temps, le gouvernement a déjà présenté une proposition de carte gouvernementale mais elle a été refusée par les sénateurs. Cette fois-ci, c’est donc au tour des députés de faire leurs preuves.

EconomiePolitique

Pour l’année à venir et pour les deux autres qui vont suivre, le président François Hollande a pour objectif de faire payer moins d’impôt aux français. C’est ce qu’il a déclaré lors de son passage dans le salon des portraits de l’Elysée.

Pour les années à venir, le président a un programme bien organisé. Pour cette année, il se concentrera sur la réforme de l’économie et du social. Pour l’année 2015, il fera en sorte d’améliorer tous les points concernant la jeunesse et la santé publique. Durant les deux années restantes, il se centralisera sur la réforme de la société.

Pour les impôts, la classe moyenne sera la première à bénéficier d’une baisse pour l’année 2015. Une réforme qui devrait changer la vie d’une centaine de milliers de personnes en France. Pour savoir de combien les impôts diminueront, il faudra quand même patienter un peu et attendre le résultat des perspectives de l’économie qui se fera savoir à la fin de cet été.

Politique

La paix se fait attendre à l’Est de l’Ukraine. Les séparatistes prorusses ne sont pas favorables au cessez-le-feu unilatéral exigé par Kiev et ne cesse d’attaquer les forces gouvernementales.

Un attaque au mortier a blessé trois soldats se trouvant sur l’un des postes de contrôles de la région de Donestk, quatre heures avant la cessez-feu de mandé par le président Petro Porochenko.  François Hollande, Barack Obama et Angela Merkel évoque leur crainte sur les risques qu’encours la Russie si elle ne réagit pas pour minimiser les tensions à la frontière avec l’Ukraine. « Des troupes russes n’étaient pas venues aussi près du territoire ukrainien depuis leur invasion de la Crimée » déclare Mme Psaki. Selon Washington, Moscou pense « apporter un soutien actif aux combattants séparatistes  prorusses ».

Poutine a regroupé son armée au centre de la Russie et en état d’alerte selon le ministre de la défense russe. Les troupes sont en alerte selon l’ordre de Vladimir Poutine. Le ministre des affaires étrangères, lors de son visite en Arabie Saoudite ne cache pas sa préoccupation sur l’intensification des actes militaire de l’Ukraine malgré le plan de paix et le cessez-le-feu de Kiev.

EconomiePolitique

François Hollande a publié le nouveau redécoupage des régions de France. Cette nouvelle carte est loin de faire l’unanimité auprès de la population.

Le but de la réforme des collectivités territoriales des de simplifier les démarches administratives tout en prenant en compte l’économie budgétaire de chaque région. Cette optique jugée trop technique ne doit pas être la seule prise en compte dans le redécoupage des régions. Certaines personnes qui sont attachées à leur origine et à leur région natale ne s’y retrouvent plus et ont le sentiment d’être dépossédés du bien qui le revient de droit. Si cette nouvelle configuration crée autant la polémique, c’est surtout parce qu’elle tombe assez mal. La France traverse aujourd’hui une passe difficile, politiquement parlant. La victoire du Front national aux européennes a déstabilisé le pouvoir de François Hollande. Aussi oublie-t-elle de prendre en ligne de compte que dans le territoire, l’attachement aux racines prend toute son ampleur à l’heure de l’Union Européenne et de la mondialisation.