Coup de gueule

Depuis mai 1968, les mobilisations sociales ont beaucoup évolué. Elles se sont élargies et touchent une large catégorie de personnes.
Depuis son arrivée à l’Élysée, François Hollande a dû faire face une vague croissante de mobilisations sociales. Rappelons-nous le cas de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et le mouvement social qui a suivi. Plus récent encore, c’est la forte mobilisation qui s’est créé pour protester le mariage pour tous. Le premier changement constaté dans les mobilisations sociales actuelles est leur ampleur. Cela est dû en partie avec l’avancée de la technologie. Contrairement à il y a 20 ans, aujourd’hui, les meetings s’organisent sur les réseaux sociaux. Autre changement constaté, la catégorie sociale des manifestants.

Auparavant, seules les couches vulnérables de la population étaient enclines à participer à des manifestations. Aujourd’hui, cela n’a plus de sens, puisque jeunes, personnes âgées, mères de familles ou ouvriers descendent volontiers dans les rues pour partager leurs opinions.

Coup de gueulePolitique

Alors que près de 223 lycéennes sont toujours retenues dans le nord-est du Nigéria par le groupe islamiste Boko Haram, la mobilisation internationale s’organise peu à peu afin d’aider le gouvernement nigérian à retrouver ces adolescentes.

Comme l’a déclaré ce dimanche 11 mai le président François Hollande, en marge d’un déplacement dans le Caucase du Sud,  « j’ai proposé, avec le président nigérian Goodluck Jonathan, une réunion des pays limitrophes du Nigeria ». Ce sommet de dirigeants africains qui devrait selon toute probabilité se tenir à Paris, aura pour objectif d’aborder les questions de sécurité au Nigéria et sa région, et plus particulièrement le cas du groupe Boko Haram.

De son côté, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a précisé après un échange avec le président nigérian, toute la consternation et la solidarité de son pays face à ce crime. Il a ajouté qu’Israel était prêt à fournir toute l’aide nécessaire afin de localiser au plus vite les jeunes otages et de combattre ce groupe  terroriste.

Alors que des  experts américains, britanniques et français sont déjà au Nigeria pour participer aux recherches, la Chine a quant  à elle proposé de partager les informations recueillies par ses services de renseignements et ses satellites.

Enlevées depuis le 14 avril dernier, ces jeunes filles d’un lycée de Chibok seraient selon les dires du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, destinées à devenir des esclaves. Si le cas de ces adolescentes n’avait de prime pas déclenché de réactions franches de la  part des grandes puissances internationales, les dernières déclarations de leurs ravisseurs ont semble-t-il suscité l’émoi de la communauté internationale et de nombreuses personnalités. Michèle Obama, Angelina Joli ou encore le Pape François ont récemment affiché leur soutien à ces jeunes victimes.

Crédits photo : R. Nyberg

EconomiePolitique

assemble.jpg

À sa grande déception, le projet phare du président de la République français a été censuré jeudi par le Conseil constitutionnel.

Pour les juges, les sanctions prévues pour les entrepreneurs qui ne disent pas « oui » à une offre de reprise sérieuse ne sont pas conformes à la Constitution existante. Les pénalités prévues dans cette nouvelle loi représentent une somme vingt fois la valeur d’un SMIC par emploi supprimé sur un mois. Pour le Conseil constitutionnel, la loi Florange est quelque part une atteinte à la liberté d’entreprendre et au droit de propriété.

En tout, 188 députés ont contesté les trois articles présents dans la proposition de loi du 24 février. Des lois qui ne sont pas analogues à la Constitution. Pour François Hollande, cette censure est difficile à assumer. De plus, cette décision a des impacts négatifs sur la réalisation des promesses que le président a effectuée lors de sa campagne présidentielle. photp: wikipedia

Coup de gueule

Un site internet confirme qu’un service français de surveillance de l’activisme fondamentaliste sur le net a détecté un mouvement de révolution contre la France. Minbar Jihadi Media Network a harangué ses fidèles à commettre des attentats contre la France tout entière et son président François Hollande.

Ce site internet islamiste dispose aussi d’un magazine en ligne fournissant des informations aux djihadistes du monde entier notamment ceux d’Al Qaïda. Cet activisme s’insère dans le cadre d’une campagne intitulée « France, nous ne demeurerons pas silencieux ». Ce geste est en représailles à l’opération Serval et l’opération Sangaris menée par la France contre les islamistes du nord du Mali et les islamistes de la République centrafricaine. Ces islamistes étant affiliés pour la plupart au Mujao et à Al Qaïda, par ses opérations, la France a tenté à ses risques et périls, de rétablir la sécurité dans ces pays chaotiques.

Le_Mali_confronte_aux_sanctions_et_a_lavancee_des_rebelles_islamistes__6904946068_.jpg

EconomiePolitique

Le gouvernement veut encourager les entreprises internationales à investir en France

Selon l’affirmation de Pierre Moscovici, le ministre de l’économie, le « conseil stratégique de l’attractivité » se tiendra ce lundi à 8h30 à l’Elysée. D’ailleurs, il sera présider par François Hollande et réunira des hommes d’affaires très importants, en d’autres mots, des dirigeants de trente firmes internationales. De même que les ministres et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, seront bien évidemment présents lors de cette réunion.

Le « conseil stratégique de l’attractivité » a pour but de démontrer aux directeurs de ces entreprises que “que la France est un pays où l’on peut investir.” Selon Moscovici, un investisseur sur trois est une société étrangère. Plus encore, les hauts cadres qui seront présents lors du Conseil réunissent à eux seuls 850 milliards d’euros. Cette réunion est d’une importance cruciale pour le gouvernement, car la France a grandement besoin d’investissement. Le placement de capitaux provenant de pays émergents permet non seulement d’augmenter l’économie, mais aussi de créer des opportunités d’emplois.

Politique

François Hollande apprécié par Obama, mais pas par les investisseurs

Lors de sa visite diplomatique aux États-Unis au cours de cette semaine, François Hollande et Obama ont renforcé l’amitié entre la France et les États-Unis. Les deux chefs d’état savent que leurs pays respectifs s’avèrent être les meilleurs alliés politiques malgré que l’un soit socialiste et l’autre républicain. Néanmoins, tout n’a pas été toujours si rose. Ils sont souvent en conflit sur de nombreux sujets.

Le but de cette visite est de valoriser au maximum l’image de la France en dehors de l’hexagone, principalement en ce qui concerne les affaires. D’ailleurs, les jeunes créateurs d’entreprises et les startups françaises sont à l’honneur. Deux « Maisons internationales » feront bientôt leur ouverture sur le territoire américain. Plus encore, François Hollande a vivement encouragé les grosses firmes américaines à investir en France.

Cependant, la France a une mauvaise réputation auprès des investisseurs américains. Ils sont même catégoriques en déclarant que c’est le dernier pays ou ils iront investir. Selon eux, investir dans un pays comme la France c’est prendre de gros risques.

Politique

La côte de popularité de François Hollande chute

Un sondage a été fait en ligne auprès de plus de 1000 français et a révélé que la côte de popularité de François Hollande est en chute libre. Huit français sur dix ont une opinion défavorable sur le président de la république, soit 77%. Plus encore, le taux de personnes qui n’approuvent pas ses actions a augmenté.

Seulement 16 % de la population française ont une bonne opinion de l’homme politique. Le pourcentage restant, soit 7%, regroupe les personnes qui ne savent pas quoi penser à ce sujet. La majorité des français sont mécontents par rapport à l’action de son gouvernement, soit 80%. Une hausse est également notée à ce niveau. 15% des sondés portent un jugement positif. 5% d’entre eux sont sans opinion.

Les personnes interrogées se disent inquiètes sur divers sujets de société comme le chômage, les élections municipales, les imports et également les finances publiques. Depuis 2013, François Hollande est dans la ligne de mire.

Politique

La côte de popularité de François Hollande chute

Le chef d’état français est encore une fois dans le collimateur. Selon le tableau de bord mensuel établi par Paris Match/Ifop, la côte de popularité de François Hollande est en baisse et a chuté de trois points, soit 23%. Ifop a également démontré qu’une bonne partie des français n’approuvent pas les actions faites par le président de la république. Après avoir eu trois points de plus le mois précédent, il a cette fois atteint le « plus bas niveau », et ce, « depuis le début du quinquennat. »

Jean Luc Parodi, un politologue, a souligné que cette baisse en popularité serait du à la hausse du chômage. La promesse non tenue par le chef d’état concernant l’inversion de la courbe fin 2013 y est pour beaucoup. Le nombre de personnes sans emplois en France est estimé à plus de 10,000. De même que l’idylle de François Hollande et la comédienne Julie Gayet, ainsi que sa rupture avec sa femme Valérie Trierweiler jouent un grand rôle dans cette chute de popularité.

Politique

L’ex femme de François Hollande se confie

Valérie Trierweiler, l’ex épouse du chef d’état français, s’est dévoilé à Paris Match suite à sa rupture avec François Hollande. L’ancienne première dame se dit chambouler par tous ces événements. Le choc est plus dur lorsque des rumeurs concernant la liaison du président et de Julie Gayet s’ébruitent.

L’ex femme du président déclare ne pas avoir été au courant de cette éventuelle histoire entre son ex époux et Julie Gayet. A l’annonce de cette séparation officielle, madame Trierweiler avoue que c’est « une partie de sa vie s’écroule“. Elle ajoute également « qu’elle encaisse plutôt qu’elle ne le comprend. Elle fait avec».

Cette prétendue liaison entre la comédienne et le président de la république durerait depuis deux ans. Selon les confidences de Julie Gayet, leur histoire d’amour aurait commencé en 2011 ; tout juste avant son élection à la présidence. Les deux amants se sont rencontrés pour la première fois dans un restaurant avec Ségolène Royal à leur table. Le couple Gayet-Hollande aurait passé de nombreuses vacances ensemble, et aurait même un appartement dans lequel ils se cachaient pour vivre leur idylle.

Politique

L’entretient entre François Hollande et le pape au Vatican

Le vendredi 24 janvier dernier, François Hollande s’est rendu au Vatican dans le but de s’entretenir avec le pape François pour la première fois depuis son élection à la présidentielle en mai 2012. Les personnes proches du président, notamment son conseiller Bernard Poignant, lui ont demandé de ne rien révéler publiquement concernant les sujets abordés.

Malgré les conseils qui lui ont été donnés, le président a quand même dévoilé à la presse que les thèmes diplomatiques étaient à l’honneur lors de cette rencontre, notamment : l’avortement, l’euthanasie, le mariage homosexuel et l’intervention en Syrie. Cependant, sa déclaration n’a sollicité aucune interrogation. L’objectif du président français est d’apaiser les tensions avec la religion catholique suite au projet de loi qui instaure le mariage pour tous.

La presse italienne a déclaré que cette démarche de François Hollande est stratégique. Ils pensent que le président souhaite obtenir les votes des catholiques pour les prochaines élections municipales et européennes qui auront lieu prochainement.