Politique

Cet été la Grèce tourne une ancienne page de son histoire. Le gouvernement du pays accepte dorénavant tous les couples qui envisagent de recourir à la grossesse par autrui dans le pays. Ces catégories de parents peuvent choisir des mères porteuses en Grèce sans être obligé d’y avoir une résidence fixe.

La puissante Église grecque est aussi pour cette nouvelle loi même si elle qui lutte activement contre l’accroissement aux couples homosexuels de l’union civile établie. D’après Takis Vidalis, le représentant de la Commission nationale de bioéthique, dans les années à venir, il faut s’attendre à ce que de nombreux étrangers viennent en Grèce pour avoir un enfant par mère porteuse.

Depuis douze ans maintenant, le tourisme de la fertilité augmente à grand essor en Grèce. Pour les années à venir, le taux de progression va surement doubler à cause de la nouvelle loi qui donne un accès libre aux différentes méthodes de procréation médicale assistée ou PMA.

Politique

Selon le rapport émis par SOS Homophobie, les actes homophobes se seraient augmentés de 78 % en 2013. La situation est alarmante, car les couples de même sexe ne font pas seulement l’objet préjudice moral.

Beaucoup d’entre eux ont déjà été victimes d’agression physique. D’ailleurs, les autorités locales en enregistrent tous les deux jours. S’ajoute à cela les insultes, les traitements de tous les noms… Sous la couverture de la liberté d’expression et de la démocratie, les homophobes manifestent leurs haines vis-à-vis des homosexuels et des transsexuels. Face à la gravité de la situation, l’autorité compétente doit mettre en place des mesures plus rigoureuses pour limiter, voire même éradiquer cette discrimination.

L’objectif étant d’assurer la valeur républicaine du pays qui doit se manifester par l’égalité des droits de chaque citoyen. Rappelons que la question de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe a été soulevée pour limiter l’homophobie. Une initiative qui a toutes ses chances de réussir.

Politique

pape_et_obama.jpg

C’est au site du Vatican à Reuteurs que le Pape François a reçu le président Barak Obama jeudi matin. Quelques sujets comme les droits des homosexuels et l’avortement ont été mis de côté. Le sujet de conversation s’est surtout centré dans la lutte contre la pauvreté dans le monde.

L’entretien privé entre le président et pape a duré une cinquantaine de minutes environ. Après ce tête-à-tête, le président américain déclare dans une interview que l’autorité morale considérable dont le pape possède pourrait avoir une grande influence positive pour le rééquilibrage social et économique dans le monde. Toujours d’après lui, l’écart qui est visible actuellement entre les revenus des plus riches et des Américains moyens n’est pas uniquement un problème économique. Le souci est aussi d’ordre moral. Évidemment, ce problème ne se limite seulement pas aux frontières américaines, c’est aussi l’une des sources de la pauvreté dans le monde.

Pour sa visite au Vatican, Barak Obama a été accompagné d’une délégation et parmi elles le secrétaire d’État John Kerry.

Politique

Des militants homosexuels interpellés avant l’ouverture des JO de Sotchi

À Moscou, des militants gays ont été arrêtés quelques instants avant l’ouverture des Jeux Olympiques de Sotchi. Cette interpellation choquante est liée au fait que les défenseurs des droits homosexuels ont brandit une banderole sur laquelle il était affiché : « la discrimination est incompatible avec le mouvement olympique ». Par ce geste, ils voulaient dénoncer la discrimination constante à leur égard.

La force policière de Russie a arrêté une dizaine de protestataires sur la place Rouge. Il s’avère que ces militants ont été mal menés par les policiers. Cependant, ils ont été libérés quelques heures après leur arrestation. Le président de la république, Vladimir Poutine, a précisé qu’aucune discrimination n’aura lieu durant les Jeux Olympiques.

D’ailleurs, rappelons-nous qu’en 2013 le chef du Kremlin avait passé une loi qui interdit les propagandes homosexuelles. Les organismes humanitaires qualifient cette mesure comme étant une violation des droits des l’homme. Plus encore, des associations considèrent que cette nouvelle loi contribue à la hausse d’agressions homophobes en Russie.