IRFU
InternationalSociété

La fédération irlandaise de rugby (IRFU) a récemment décidé que les joueuses de rugby transgenres (hommes devenus femmes) ne pourront plus faire partie des équipes féminines professionnelles. La fédération explique sa décision par les «  avantages en termes de force, d’endurance et de physique » dont bénéficient ces sportives.

« Avantages dus à la puberté masculine »

« Des recherches récentes montrent qu’il existe des différences physiques entre les personnes dont le sexe a été assigné comme homme ou comme femme à la naissance. Les avantages en termes de force, d’endurance et de physique provoqués par la puberté masculine sont importants et se conservent même après la suppression de la testostérone » a fait savoir l’IRFU dans un communiqué. 

Et puisqu’ils n’auront pas eu de puberté masculine, les hommes transgenres (femmes devenues hommes) pourront eux jouer en équipe féminine, mais aussi masculine. « Dans la catégorie masculine, les joueurs dont le sexe est enregistré à la naissance comme étant féminin pourront continuer à jouer s’ils fournissent un consentement écrit et qu’une évaluation des risques est effectuée », expliqué l’IRFU.

« L’Irlande peut et doit faire mieux »

« Nous continuerons de travailler pour être aussi inclusifs qu’il est possible de l’être », poursuit l’IRFU dans son communiqué. « Nous continuerons de soutenir la communauté LGBT+ et nous comprenons que la décision que nous avons prise puisse causer de la déception. Nous affirmons encore une fois qu’il y a de la place pour tout le monde dans le rugby et que nous pouvons tous travailler ensemble ».

« L’Irlande ne devrait pas suivre l’exemple du Royaume-Uni en essayant de réduire le nombre d’occasions dans lesquelles les femmes trans peuvent exister en toute sécurité, a immédiatement rétorqué la directrice générale du mouvement LGBT d’Irlande, Paula Fagan. L’Irlande peut et doit faire mieux ».