EconomiePolitique

L’association Green Lotus s’est fait octroyer près de 60 000 euros de subventions à l’issue d’une délibération du conseil régional d’Ile-de-France. Le problème ? Le président de l’ONG est aussi un conseil régional francilien. C’est Valérie Pécresse, chef de file de l’opposition UMP pour la région, qui a révélé l’affaire. Une de plus dans le marasme des scandales qui gangrènent l’Ile-de-France.

Alors que la période est aux économies et aux baisses des dépenses publiques, certains à gauche continuent à gaspiller joyeusement les ultimes deniers du contribuable pour des dossiers de certains amis. Ainsi, Jean-Marc Brûlé, élu écologiste, s’est fait octroyer une forte jolie somme pour son association à la suite de la délibération du conseil régional à majorité socialiste. Le scandale est important, surtout à quelques mois des élections régionales.

Évidemment, le principal intéressé n’a pas tardé à faire entendre se défense  plus qu’évasive :  « Je ne suis plus président de l’association depuis 2012 ». Ce qui n’a évidemment pas manqué de faire réagir les plus curieux qui se sont rendus sur son compte Twitter. On peut y voir clairement afficher le statut de président de l’association concerné. Brûlé a répliqué qu’il s’agissait d’une erreur. Comment le croire, alors que ce même profil se retrouvait sur le site de L’ONG et sur une lettre rédigée à l’intention du président de la république. Quant à ses collègues, les réponses ne sont pas plus éclairantes : « Monsieur Brûlé n’a pas pris part au vote. Et l’association Green Lotus fait du bon travail ».

Cette affaire est révélatrice de la gestion de la région par les édiles de la majorité écolo-socialiste. Ainsi des millions d’euros sont consacrés par le budget pour financer divers types d’associations dont l’objet laisse parfois songeur. Ainsi, il n’y a pas longtemps, près de 12 578 euros ont été engagés pour construire un herbier à Sao Paulo ou encore 12 000 euros pour la construction d’une yourte de 10 m de diamètre. Au ridicule de cette gabegie permanente, s’ajoute toute la procédure de validation qui révèle la place réservée aux amis ou à la famille des élus. La région dirigée par Jean-Paul Huchon coule encore des jours heureux.